"'Midi libre', l'info en laisse", le dernier épisode des relations tendues entre Robert Ménard et le quotidien régional

Sur les espaces publicitaires de la ville de Béziers, le maire proche de l'extrême droite attaque le quotidien régional "Midi Libre", détenu par le ministre de l'Aménagement du territoire et des Collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet. 

Le maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard, le 9 décembre 2015, lors d\'un meeting de campagne du vice-président du FN pour les élections régionales dans sa ville.
Le maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard, le 9 décembre 2015, lors d'un meeting de campagne du vice-président du FN pour les élections régionales dans sa ville. (PASCAL GUYOT / AFP)

Les relations entre le maire de Béziers (Hérault) et le quotidien régional Midi Libre sont houleuses depuis l'arrivée à la mairie de Robert Ménard, en avril 2014. Dernière attaque : l'espace publicitaire de la mairie qui s'en prend, par affiches interposées, au journal et l'accuse de ne pas être impartial, arguant du fait que le propriétaire du quotidien est Jean-Michel Baylet, ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales. Retour sur les rapports tendus entre le fondateur de Reporters sans frontières (RSF) et Le Midi libre

2016 : "L'info en laisse"

A Béziers, les panneaux municipaux servent de relais aux messages politiques de Robert Ménard, proche du Front national. En février 2015, une campagne d'affichage avait créé la polémique, avec des affiches qui présentaient un pistolet, comme "le nouvel ami" de la police municipale. Cette fois-ci, le maire s'attaque au Midi Libre, le journal local de la presse quotidienne régionale. 

Sur les affiches placardées dans la ville, les passants peuvent lire ainsi : "Tous les jours, l'info en laisse", avec un exemplaire du Midi Libre représenté dans la gueule d'un chien. "À qui appartient Midi Libre ? À Jean-Michel Baylet, ministre des Collectivité territoriales", explique l'affiche. Le quotidien a été racheté en juin 2015 par Jean-Michel Baylet, l'actuel ministre des Collectivité territoriales.

Une campagne qui intervient un mois après l'accusation de censure à l'encontre du média. Le 16 juillet 2016, le maire critiquait ainsi l'absence de mention de son discours après les attentats de Nice dans le journal local. 

2015 : "'Midi Libre' ment !"

Ce n'est pas la première fois que l'édile s'en prend directement au journal. Lors de la campagne des départementales en 2015, un journaliste du quotidien avait été accusé d'avoir menti sur le nombre de personnes présentes lors du changement de nom d'une rue au nom d'un partisan de l'Algérie française.

Le 16 mars 2015, le compte Facebook de la municipalité s'en était pris à ce journaliste, en le nommant personnellement. Par la suite, le journal de la ville de Béziers avait titré : "Midi Libre ment ! Midi Libre ment !"

Par la suite, le 21 mai 2015, une réunion avait été organisée entre Robert Ménard et le club de la presse du Languedoc-Roussillon, à la demande de ces derniers, afin d'apaiser les relations.

Dans un communiqué, ils écrivent : "Robert Ménard a immédiatement envoyé les deux journalistes 'se faire foutre' (sic), les chassant de 'sa' mairie en proférant des insultes graves à l’encontre 'des tocards', les journalistes locaux, 'd'une sous-presse', les médias régionaux, et 'd'un journal de merde', le Midi Libre."

2014 : "L'affaire Cyrulnik"

Mais la première passe d'armes remonte à septembre 2014. Et ce qui est devenu "l'affaire Cyrulnik" a semé durablement les graines de la discorde entre le journal et l'édile. 

Le 30 septembre, Midi Libre publie un article, qui raconte que la fermeture à Béziers d’un institut de la petite enfance, dirigé par le célèbre neuropsychiatre Boris Cyrulnik, serait liée à son "incompatibilité avec une mairie Front national"Robert Ménard réagit tout de suite, et dénonce des déclarations qui relèvent de la "diffamation". Et ce dernier finit par porter plainte