Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Parité dans le gouvernement : "On vit un moment historique en matière de féminisation", répond Agnès Pannier-Runacher aux critiques de l'opposition

Publié
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Invitée sur franceinfo mardi, Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition écologique, rappelle que c'est la deuxième fois seulement dans l'histoire de la République qu'une femme est nommée Première ministre et la première fois qu'une autre accède au Perchoir de l'Assemblée nationale.

"On vit un moment historique en matière de féminisation", a déclaré la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, mardi 5 juillet sur franceinfo, en réponse aux critiques des oppositions sur la composition du nouveau gouvernement. S'il est effectivement paritaire, les femmes sont surreprésentées aux postes de secrétaires d'État, ce qui fait ainsi dire à la sénatrice Les Républicains (LR) Dominique Estrosi-Sassone qu'il s'agit d'"une parité de façade". "Avez-vous remarqué que ministre c'est une fonction d'hommes mais secrétaire d'Etat une fonction de femmes ?", a ainsi dénoncé, de son côté, la députée La France insoumise (LFI) Ségolène Amiot.

"On évolue dans notre société"

"Une présidente à l'Assemblée nationale, ça ne s'est jamais vu dans la République française", a fait valoir la ministre. La marcheuse Yaël Braun-Pivet est en effet devenue présidente de l'institution le mardi 28 juin. Autre signe qu'"on évolue dans notre société", selon elle : l'élection d'une femme, Aurore Bergé, à la tête du groupe Renaissance à l'Assemblée. "Ça ne s'est jamais vu dans la République française", a-t-elle souligné. C'est aussi "la deuxième fois dans l'histoire de la République Française" qu'une femme, en l'occurrence Élisabeth Borne, est Première ministre, a-t-elle rappelé. À l'entendre, "cette évolution a été notamment portée par le président de la République".

"Nous avons un gouvernement paritaire avec des entrantes", a insisté Agnès Pannier-Runacher. "Lorsqu'on entre au gouvernement, on commence en règle générale secrétaire d'État et ministre délégué, ce qui permet ensuite de prendre plus de responsabilités", a-t-elle justifié.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.