VIDEO. Le bilan écologique contrasté de Ségolène Royal dans la région Poitou-Charentes

La présidente de la région a développé de multiples projets écologiques, mais ses détracteurs rappellent qu'elle a aussi connu des ratés.

MANUEL TISSIER, EMMANUELLE MESPLEDE et PHILIPPE TANGER - FRANCE 3

L'Ecologie a toujours été un marqueur politique pour la présidente de Poitou-Charentes, qui a développé dans sa région de multiples projets. Notamment en soutenant la fabrication de voitures électriques ainsi que la construction de bâtiments neutres en énergie, comme le lycée Kyoto de Poitiers (Vienne) qui consomme vingt-deux fois moins électricité qu'un établissement classique. 

Ségolène Royal a déjà fait son premier coup d'éclat en évoquant la remise à plat de l'écotaxe, à peine arrivée à son poste de ministre de l'Ecologie, jeudi 3 avril. Ce qui soulève la colère des députés écologistes. 

 La région classée seulement 18e pour la production d'électricité propre 

Les alliés écologistes locaux de Ségolène Royal sont plutôt enthousiastes, notamment en ce qui concerne le développement du photovoltaïque et de la filière bois. Mais son bilan écologique reste contrasté. Les détracteurs de la présidente de Poitou-Charentes rappellent les ratés du développement de la voiture électrique (l'usine Mia, dont la région est actionnaire, est en liquidation judiciaire) et le mauvais classement de la région pour la production d'électricité propre : 18e rang sur 23 en 2013 en France, selon la Commissariat au développement durable.

Ségolène Royal dans l\'usine Mia Electric, qui produit des véhicules électriques, à Cerizay (Deux-Sèvres), le 28 juin 2011.
Ségolène Royal dans l'usine Mia Electric, qui produit des véhicules électriques, à Cerizay (Deux-Sèvres), le 28 juin 2011. (ALAIN JOCARD / AFP)