Nouvelle-Calédonie : un indépendantiste à la tête du Congrès

Les indépendantistes ont créé la surprise lors d’élections provinciales. Une des figures du mouvement a été élue à la tête du Congrès, l’exécutif local.

France 3

Roch Wamytan, alors président de séance, a annoncé lui-même son élection à la tête du Congrès de Nouvelle-Calédonie. Figure du mouvement indépendantiste, il a été élu à la surprise générale. Les indépendantistes n’avaient pourtant pas obtenu la majorité au Congrès lors des élections provinciales du 12 mai dernier. Lors du référendum sur l’indépendance de novembre dernier, les Calédoniens avaient choisi à 56% de rester attachés à la France.

Un nouveau référendum en 2020 ?

C’est grâce à l’appui d’un petit parti, jusqu’alors proche des partisans du maintien dans la France, que Roch Wamytan l’a emporté. "Il est temps que les Océaniens qui entretiennent des relations d’échanges millénaires dans cette partie occidentale du grand océan Pacifique, mais qui ont été séparés par les frontières de la colonisation et artificiellement opposés, se retrouvent aujourd’hui", a-t-il déclaré.
 
Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie sera renouvelé d’ici trois semaines. Sauf coup de théâtre, il devrait être présidé par un indépendantiste. Une perspective que refusent d’imaginer les loyalistes. La Nouvelle-Calédonie reste très divisée entre loyalistes et indépendantistes. Des indépendantistes qui n’ont jamais caché leur volonté d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance en 2020.

Le JT
Les autres sujets du JT
Roch Wamytan, leader du parti indépendantiste Union Calédonienne, ici le 30 octobre 2018 à Nouméa.
Roch Wamytan, leader du parti indépendantiste Union Calédonienne, ici le 30 octobre 2018 à Nouméa. (THEO ROUBY / AFP)