Cet article date de plus d'un an.

Nouvelle-Calédonie : le troisième référendum d'autodétermination aura lieu le 12 décembre, annonce le ministre des Outre-mer

Une victoire du oui permettra de préparer l'exercice de la pleine souveraineté. En cas de victoire du non, il faudra élaborer un nouveau statut pour la Nouvelle-Calédonie, qui devra être approuvé par un nouveau référendum.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, à l'Elysée le 20 janvier 2021. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le troisième référendum d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie aura lieu le 12 décembre, a annoncé mercredi 2 juin le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, à l'issue du Conseil des ministres. "Cette date ne fait pas l'objet d'un consensus", a précisé le ministre. Le sujet fait partie des discussions entre indépendantistes et loyalistes qui se tiennent actuellement à Paris.

Quelle que soit l'issue de la consultation, une "période de convergence, de discussions et de stabilité" s'ouvrira ensuite, du "13 décembre jusqu'au 30 juin 2023". Une victoire du oui permettra de préparer durant cette période l'exercice de la pleine souveraineté et le nouveau lien entre Nouméa et Paris, a annoncé le ministre, en précisant qu'il y aurait alors "une première consultation référendaire pour que le nouvel Etat puisse arrêter sa Constitution". En cas de victoire du non, une phase de réflexion sera menée pour un nouveau statut pour la Nouvelle-Calédonie, qui devra être approuvé par un nouveau référendum. Quoi qu'il arrive, une quatrième consultation est donc prévue.

L'écart entre partisans et adversaires de l'indépendance s'est nettement resserré lors du deuxième référendum de 2020, par rapport au premier qui avait eu lieu en 2018. Les loyalistes ont reculé de 56,7% à 53,3%, tandis que les voix des indépendantistes sont passées de 43,3% à 46,7%.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Référendum Nouvelle-Calédonie 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.