Nouvelle-Calédonie : le référendum sur l’indépendance est un "rendez-vous avec l'Histoire"

Depuis la soirée du samedi 3 novembre (dimanche 4 novembre en Nouvelle-Calédonie en raison du décalage horaire), les électeurs participent au référendum sur l’indépendance de l’archipel. Depuis Nouméa (Nouvelle-Calédonie), Guillaume Daret analyse la situation.

FRANCE 3

Un événement national se joue à 17 000 kilomètres de la métropole. Depuis la soirée du samedi 3 novembre (heure de Paris), les électeurs de Nouvelle-Calédonie se prononcent pour ou contre l’indépendance de l’archipel. En direct de Nouméa (Nouvelle-Calédonie), Guillaume Daret contextualise le scrutin. "Ce référendum est l’aboutissement d’un long processus de 30 ans débuté dans les années 1980, alors que les affrontements, en Nouvelle-Calédonie, entre les différentes communautés faisaient des dizaines de morts. C’est donc un rendez-vous avec l’Histoire : près de 175 000 électeurs doivent répondre à une question : ‘Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ?’"

Emmanuel Macron prendra la parole une fois les résultats connus

Des observateurs de l’ONU contrôlent les 284 bureaux de vote répartis dans tout l’archipel afin de faire en sorte que le résultat soit incontestable. "Signe de l’importance de cet événement, non seulement pour la Nouvelle-Calédonie, mais également pour l’ensemble de la France, le président de la République Emmanuel Macron se prononcera depuis Paris, une fois le résultat connu", annonce Guillaume Daret.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bureau de vote à Nouméa à l\'occasion du référendum sur l\'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dimanche 4 novembre 2018.
Un bureau de vote à Nouméa à l'occasion du référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dimanche 4 novembre 2018. (THEO ROUBY / AFP)