Vidéo Présidentielle 2022 : le PS ne cherche "absolument pas un plan B" à Anne Hidalgo, assure Olivier Faure

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"Je porte depuis toujours l'idée d'une coalition qui mêle les socialistes et les écologistes", a également indiqué le premier secrétaire du Parti socialiste.

Le PS cherche-t-il un plan B à Anne Hidalgo, à la peine dans les enquêtes d'opinion pour la présidentielle ? "Absolument pas, pourquoi un plan B ?", répond Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), mardi 5 octobre sur franceinfo. Dans un sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien/Aujourd'hui en France, publié vendredi, la candidate socialiste est créditée de 5,5 % des intentions de vote. L'écologiste Yannick Jadot obtient de son côté 9 %, voire 9,5 %, en fonction des candidats sur la ligne de départ. Quant à Jean-Luc Mélenchon, qui porte les couleurs de La France insoumise, il est crédité de 9 % des intentions de vote.

"Je ne vais pas vous raconter d'histoire, je suis comme tout le monde, je regarde des sondages", reconnaît Olivier Faure. "Quand on est haut, je suis plus content que quand on est bas, évidemment", lance-t-il. "On peut se dire aussi qu'au mois d'octobre, le mieux placé dans les sondages est celui qui a gagné", ironise-t-il, rappelant qu'"à ce compte-là, aujourd'hui, Alain Juppé [le candidat malheureux à la primaire de la droite et du centre, en 2016] serait président".

"La dream team est autour d'Anne Hidalgo"

"Il y aura un vote des militants le 14 octobre", qui doit voir Anne Hidalgo officiellement investie par le PS, rappelle le député PS. Une fois cette date passée, "nous entrerons en campagne et vous verrez, ça va déménager", assure-t-il. 

Anne Hidalgo pourrait-elle se ranger derrière Yannick Jadot ? "Je porte depuis toujours l'idée d'une coalition qui mêle les socialistes et les écologistes", indique le premier secrétaire du Parti socialiste. "J'ai toujours dit que je préfère qu'à l'élection présidentielle il y ait un candidat ou une candidate commun aux socialistes et aux écologistes", insiste-t-il. "J'avais fixé un critère, qui était l'offre qui me paraissait être la plus capable d'aller vers la victoire", poursuit Olivier Faure. "Quelle est l'équipe la plus facilement mobilisable, demain, si vous voulez assumer cette transition sur le plan numérique, sur le plan écologique, social ? La dream team, j'ai l'impression qu'elle est aujourd'hui autour d'Anne Hidalgo", lance-t-il, citant les "nombreux maires" et "les présidents de région et de département" qui l'accompagnent dans sa marche vers l'Élysée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.