Primaire populaire : "Notre espoir est que Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon acceptent" d'y participer, explique Pierre Larrouturou, en grève de la faim

L'eurodéputé Nouvelle Donne Pierre Larrouturou, candidat à la primaire populaire de la gauche, entame une grève de la faim, avec d'autres personnalités, pour tenter de forcer la main aux candidats écologistes et Insoumis, qui refusent d'y participer.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
L'eurodéputé Nouvelle Donne Pierre Larrouturou désespère de voir tous les candidats de gauche incapable de participer à une primaire commune pour la présidentielle. (BRICE GARCIA / RADIO FRANCE)

"Si on commence une grève de la faim aujourd'hui, notre espoir est que Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon réfléchissent et acceptent de rentrer dans cette primaire populaire", explique Pierre Larrouturou, candidat à une primaire populaire de la gauche, vendredi 7 janvier sur franceinfo. L'eurodéputé Nouvelle Donne fait partie des douze militants qui commencent une grève de la faim ce jour.

franceinfo : Qui souhaitez-vous convaincre avec votre grève de la faim ?

Nous, si on commence une grève de la faim aujourd'hui, notre espoir est que Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon réfléchissent et acceptent de rentrer dans cette primaire populaire. Anne Hidalgo et Christiane Taubira ont dit très clairement qu'elles voulaient participer à la primaire populaire et les deux qui ne sont pas d'accord, c'est Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. Mais je sais qu'il y a des proches de Yannick Jadot qui lui disent que s'il veut faire gagner l'écologie, s'il a conscience de l'urgence climatique, de l'urgence sociale aussi - s'il y a encore cinq années avec Emmanuel Macron, on va baisser les retraites, on va abîmer l'hôpital - et si Jean-Luc Mélenchon en a conscience aussi, il faut qu'ils rentrent dans la primaire populaire.

"S'ils pensent qu'ils vont gagner la présidentielle, ils ne devraient pas avoir peur de rentrer dans une primaire qu'ils peuvent gagner."

Pierre Larrouturou, eurodéputé Nouvelle Donne

à franceinfo

Pour l'instant, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon refusent catégoriquement l'idée de participer à cette primaire populaire. Qu'est-ce qui vous fait croire qu'ils changeront d'avis ? 

Xavier Bertrand avait dit qu'il n'irait jamais dans la primaire de la droite et il y est allé. Yannick Jadot avait dit au mois de mai qu'il n'irait jamais dans la primaire écologiste, il y est allé et il a gagné. Parmi les gens qui commencent la grève de la faim avec moi aujourd'hui, il y a Anne Hessel, la fille de Stéphane Hessel, le grand résistant, mais aussi des militants d'Europe Ecologie-Les Verts.

"Il y a plus de 1 000 militants et militantes d'EELV qui ont fait une pétition pour demander à Yannick Jadot de rentrer dans la primaire populaire, sinon il n'y a aucune chance qu'il gagne."

Pierre Larrouturou, eurodéputé Nouvelle Donne

à franceinfo

Ça fait un an qu'ils sont tous en campagne. Ils nous disent tous "ça va décoller, ça va décoller", mais il n'y a rien qui décolle. Ils sont tous entre 5% et 6% des intentions de vote dans les sondages. En revanche, ce qu'on voit, c'est que ça décourage beaucoup de gens. Le total des cinq candidats de gauche et écologistes était à 31% il y a quelques mois, il est tombé à 23%. On est en train de décourager tous ceux et celles qui veulent la justice sociale, qui veulent gagner la bataille du climat. Mais il n'y a pas de fatalité, même si le rassemblement ne se fait que vers le 10 février, on peut encore gagner l'élection présidentielle grâce à cette primaire populaire. 

Comment va se passer cette grève de la faim ? 

On est tous ensemble. Aujourd'hui, on est place de la République à Paris, et on invite tous ceux et celles qui le veulent à nous rejoindre via le site primairepopulaire.fr. On va aller rencontrer Yannick Jadot. On va demander rendez-vous à Jean-Luc Mélenchon.

"On va aller dans des villes, à Bordeaux, à Poitiers, à Strasbourg, où on a vu qu'un rassemblement permettait de gagner et de changer la vie quotidienne des gens."

Pierre Larrouturou, eurodéputé Nouvelle Donne

à franceinfo

On pense que ce qui se passe est vraiment très grave. Hier soir, j'étais avec mes enfants et ils me demandaient "tu ne vas pas avoir mal au ventre, mal à la tête ?" Je pense à ceux et celles qui vont mourir de soif et de faim en Afrique quand ils auront 20 ans. Je pense à ceux qui sont morts dans le Var dans les inondations il y a quelques mois. Je pense aux 180 personnes qui sont mortes en Allemagne dans les inondations en juillet 2021. La politique, ce n'est pas pour rire. Une élection présidentielle, c'est pour de vrai et c'est fondamental. Avec Emmanuel Macron, on n'aura rien pendant cinq ans sur les retraites, pour améliorer le Smic, sur le climat. J'ai prouvé que Emmanuel Macron bloque au niveau européen l'idée d'une taxe sur la spéculation. Donc, ce serait vraiment dramatique d'avoir un second tour Emmanuel Macron-Valérie Pécresse en avril, et c'est en janvier que ça se joue. C'est en janvier qu'il faut construire un rassemblement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti socialiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.