Primaire de la gauche : François de Rugy, premier des trois "petits" candidats

L'écologiste signe un résultat modeste mais qui lui permet de devancer Sylvia Pinel et Jean-Luc Bennahmias.

François de Rugy, candidat à la primaire de la gauche, le 22 janvier 2017 à Nantes (Loire-Atlantique).
François de Rugy, candidat à la primaire de la gauche, le 22 janvier 2017 à Nantes (Loire-Atlantique). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Une performance honorable, mais sans plus. François de Rugy s'est classé en cinquième position, dimanche 22 janvier, au premier tour de la primaire de la gauche.

>> DIRECT. Résultats, déclarations... Suivez la soirée de la primaire de la gauche

Quel score obtient-il ?

Sur 942 874 bulletins dépouillés, François de Rugy obtient 3,81% au premier tour. Un score modeste, qui lui permet toutefois de devancer les deux autres "petits candidats" qui concouraient, Sylvia Pinel (2%) et Jean-Luc Bennahmias (1,01%).

Comment analyser ce résultat ?

Peu connu du grand public avant la primaire, François de Rugy a réussi à gagner en notoriété, notamment grâce aux trois débats télévisés, lors desquels ses prestations ont été remarquées.

Se définissant comme un "écolo sérieux", l'auteur de l'ouvrage Ecologie ou gauchisme, il faut choisir ! a fait entendre une voix singulière lors de la primaire : celle d'un écologiste ouvert sur les questions de société (PMA, cannabis, etc.) et favorable à la ligne économique du gouvernement. Il lui a sans doute manqué quelques semaines de campagne pour obtenir un score plus important.

Que va-t-il faire pour le second tour ?

Au soir du premier tour, François de Rugy a simplement indiqué qu'il "proposera à Benoit Hamon et Manuel Valls de les rencontrer dès lundi", pour évoquer avec eux les suites de cette primaire. 

Mais sauf surprise, il devrait soutenir Manuel Valls pour le second tour. Il partage en effet avec l'ex-Premier ministre plusieurs points communs, notamment sur le plan économique. Proche du député de la Loire-Atlantique, le secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé avait d'ailleurs décidé de soutenir Manuel Valls dès le premier tour.