Cet article date de plus de quatre ans.

Primaire de la gauche : le premier tour a attiré 1 655 919 électeurs, selon les résultats définitifs

La Haute Autorité chargée du contrôle du scrutin a annoncé les résultats définitifs mercredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Près de 1,66 million de Français ont voté au premier tour de la primaire de la gauche, selon les chiffres définitifs communiqués par le PS, mercredi 25 janvier 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Après des cafouillages, des critiques et des soupçons de chiffres gonflés, les chiffres sont enfin tombés. La primaire de la gauche a attiré 1 655 919 votants au premier tour dimanche 22 janvier, selon les résultats définitifs communiqués mercredi 25 janvier par la Haute Autorité chargée du contrôle du scrutin.

Cette participation est inférieure à celle du premier tour de la primaire socialiste de 2011 (2 661 231 votants) et à celle du premier tour de la primaire de la droite de novembre 2016 (4 298 097 votants). Elle se situe toutefois dans la fourchette d'estimation indiquée avant le scrutin par les organisateurs, entre 1,5 et 2 millions de votants.

Les résultats de 68 bureaux de vote écartés

Finalement, Benoît Hamon a obtenu 36,03% des voix (596 647 bulletins) et Manuel Valls 31,48% (521 238). Arnaud Montebourg a totalisé 17,52% des voix (290 070), devant Vincent Peillon à 6,81% (112 718), François de Rugy à 3,83% (63 430), Sylvia Pinel à 2% (33 067) et Jean-Luc Bennahmias à 1,02% (16 869). Les bulletins blancs représentent 0,7% des voix (11 766) et les bulletins nuls 0,61% (10 114).

Ces scores portent sur 7 208 bureaux de vote, contre 7 530 initialement annoncés. Beaucoup de bureaux de vote ont "fusionné" car situés au même endroit (école, mairie...), selon les organisateurs. Les résultats de 68 bureaux de vote ont été "annulés ou non pris en compte", a ajouté la Haute Autorité, sans plus de précisions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire de la gauche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.