Cet article date de plus de deux ans.

Présidentielle : "Je ne suis pas électricien, je ne débranche personne", assure Olivier Faure à propos de ses rapports avec Anne Hidalgo

Publié
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Le premier secrétaire du Parti socialiste a réitéré son soutien à Anne Hidalgo : "Elle est aujourd'hui notre candidate et nous la soutenons".

"Je ne suis pas électricien, je ne débranche personne", a lancé le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, ce lundi sur franceinfo, alors qu'il était interrogé sur son attitude vis-à-vis de la candidate socialiste, Anne Hidalgo. "Elle a été désignée par un vote militant à 73%, elle est aujourd'hui notre candidate et nous la soutenons", a-t-il assuré. "Nous sommes dans un combat qui est un combat que je sais difficile, je suis lucide", a-t-il reconnu, alors que la maire de Paris est à la peine dans les sondages.

Les difficultés d'Anne Hidalgo n'ont pas non plus échappé à l'ancien premier ministre de François Hollande, Bernard Cazeneuve. Sur franceinfo le 19 janvier, il les a notamment attribuées au fait que les "socialistes ne se sont pas préparés comme ils auraient dû le faire" à la présidentielle. À la tête du PS depuis 2018, Olivier Faure a assuré qu'il ne le prenait "pas du tout" pour lui.

"Je m'en suis expliqué avec lui [Bernard Cazeneuve], je l'ai appelé pour lui demander des explications, comprendre les sujets sur lesquels il avait des difficultés et je lui ai rappelé ce qu'avait été le projet socialiste adopté au mois de septembre dernier qui a très largement inspiré le projet d'Anne Hidalgo", a-t-il ajouté.

"D'ailleurs, il est revenu sur ses paroles il y a quelques jours en disant qu'il s'incluait dans cette absence de réflexion", a assuré Olivier Faure. "Sur le logement, sur l'éducation, sur les salaires, sur toutes ces questions qui font le quotidien des Français, nous avons travaillé pendant deux ans avec des propositions extrêmement concrètes et que celles et ceux qui les connaissent saluent", a-t-il affirmé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.