Laïcité, citoyenneté, maîtrise du français... Comment le gouvernement veut refonder l'école

Najat Vallaud-Belkacem a dévoilé les mesures de la "grande mobilisation de l'école pour les valeurs de la République". Francetv info revient sur les principales annonces de la ministre de l'Education.

La ministre de l\'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et le Premier ministre, Manuel Valls, à Paris, le 22 janvier 2015.
La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et le Premier ministre, Manuel Valls, à Paris, le 22 janvier 2015. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Najat Vallaud-Belkacem sonne la "grande mobilisation de l'école pour les valeurs de la République". La ministre de l'Education a dévoilé, jeudi 22 janvier, son plan destiné, notamment, à renforcer la laïcité et l'autorité des enseignants dans les établissements scolaires français. 

Au préalable, Manuel Valls a regretté que la transmission "des valeurs de laïcité, de respect de l'autorité, de tolérance" était souvent "inexistante" à l'école. "Les fractures qui traversent notre société s'étendent, a expliqué le Premier ministre. Au fil des années, notre école a dévié de son cap : elle reproduit les inégalités alors qu'elle devrait les casser."

FRANCE TELEVISIONS

Francetv info détaille les principales mesures du plan, qui coûtera 250 millions d'euros sur trois ans, selon la ministre.

1Des enseignants formés à la laïcité

La ministre de l'Education annonce "un plan exceptionnel de formation continue des enseignants et des personnels d'éducation". Mille premiers "formateurs" seront préparés avant la fin de l'année scolaire, pour "aborder avec les élèves les questions relatives à la citoyenneté, à la laïcité, à la lutte contre les préjugés".

Dans les concours de recrutement, la capacité des candidats "à expliquer et à faire partager les valeurs de la République" sera par ailleurs évaluée.

FRANCE TELEVISIONS

2Un "parcours citoyen" de l'élémentaire à la terminale

Un "parcours citoyen" sera proposé aux élèves, de l'école élémentaire à la terminale. Il sera construit, dès septembre 2015, autour d'un nouvel enseignement moral et civique : 300 heures y seront dédiées sur l'ensemble de la scolarité. Ces cours devront intégrer les problématiques de lutte contre le racisme, l'antisémitisme, les préjugés et autres discriminations.

Najat Vallaud-Belkacem propose également "une éducation aux médias et à l'information" et "l'enseignement aux élèves du jugement, de l'argumentation et du débat". Des enseignements qui seront intégrés de manière transversale aux différentes disciplines. Une journée de la laïcité sera, par ailleurs, célébrée dans tous les établissements, le 9 décembre.

FRANCE TELEVISIONS

3La surveillance des comportements "mettant en cause les valeurs de la République"

Najat Vallaud-Belkacem veut "rétablir l'autorité des maîtres et les rites républicains". Le plan de la ministre prévoit le respect à l'école des "règles de civilité et de politesse".

Tous les comportements "mettant en cause les valeurs de la République" ou l'autorité de l'enseignant seront signalés au directeur ou au chef d'établissement. Un dialogue sera engagé avec les parents et, le cas échéant, une sanction prononcée. Najat Vallaud-Belkacem souhaite notamment avoir plus souvent recours à des "mesures de réparation et de responsabilisation" des élèves, via des travaux d'intérêt général à l'école.

4La priorité donnée à la maîtrise du français

Les élèves seront évalués au début du CE2 pour identifier leurs éventuelles difficultés et les prendre en charge le cas échéant. Des dispositifs d'inclusion scolaire seront mis en place à destination des élèves nouvellement arrivés en France et ne maîtrisant pas la langue. Pour eux, "la scolarisation en milieu ordinaire donne les meilleurs résultats éducatifs", juge le ministère.

5Les parents d'élèves associés

Les portes des établissements seront ouvertes aux parents, via le développement d'espaces dédiés en leur sein. Les actions éducatives et pédagogiques des associations de lutte contre le racisme et l'antisémitisme seront renforcées, spécifiquement sur les problématiques du vivre-ensemble, de la lutte contre les préjugés, le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie.