Manifestations contre la loi "sécurité globale" : à Paris, des affrontements entre forces de l'ordre et casseurs

À Paris, la manifestation organisée samedi 28 novembre contre la loi "sécurité globale" a été marquée par des violences commises au moment de la dispersion du cortège.

France 2

Ce dimanche 29 novembre au matin, dans les rues de Paris, certains habitants s'arrêtent pour photographier les dégâts, qui sont très nombreux. Véhicules calcinés, vitrines de magasin brisées, agences bancaires taguées... Ce sont là les stigmates d'une manifestation contre la loi "sécurité globale" qui avait pourtant bien commencé, samedi 28 novembre. C'est au moment de la dispersion du cortège que des heurts éclatent. Des policiers sont pris à partie par des manifestants. L'un d'eux est jeté au sol, isolé et roué de coups. Il aurait au moins trois dents cassées. Selon le ministère de l'Intérieur, une soixantaine de policiers et gendarmes ont été blessés.

Un journaliste syrien blessé

De leur côté, les manifestants dénoncent eux aussi des violences policières. Un photographe syrien, sur place pour couvrir l'événement, aurait été blessé au moment d'une charge des policiers. "Après la charge, j'ai vu une certaine quantité de sang au sol, et je n'ai pas réalisé tout de suite que c'était le sien", raconte sa collègue. Le photographe doit passer de nouveaux examens et n'a, pour l'instant, pas porté plainte. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier est poussé au sol par des casseurs, le 28 novembre 2020, à Paris.
Un policier est poussé au sol par des casseurs, le 28 novembre 2020, à Paris. (THOMAS COEX / AFP)