Pour le centriste Alain Lambert, l'échec de Nicolas Sarkozy en 2012 est "inévitable"

Ancien ministre du Budget dans les gouvernements Raffarin, Alain Lambert, pense "inévitable" l'échec de Nicolas Sarkozy en 2012, dans un entretien accordé jeudi 24 novembre au JDD.fr. Soutien de François Bayrou, il brigue un siège de député à Paris.

L\'ancien ministre du Budget, Alain Lambert.
L'ancien ministre du Budget, Alain Lambert. (MYCHELE DANIAU / AFP)

Ancien ministre du Budget dans les gouvernements Raffarin, Alain Lambert, pense "inévitable" l'échec de Nicolas Sarkozy en 2012, dans un entretien accordé jeudi 24 novembre au JDD.fr. Soutien de François Bayrou, il brigue un siège de député à Paris.

Alain Lambert, ancien ministre du Budget dans les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin, qui s'est récemment rallié à la candidature de François Bayrou (MoDem), a jugé jeudi dans un entretien au JDD.fr, "inévitable" l'échec en 2012 de Nicolas Sarkozy, dont il est devenu un fervent opposant.

A la question "Le voyez-vous échouer en 2012 ?", M. Lambert répond : "Ca me paraît inévitable. A tel point qu'il me parait incroyable que personne n'ait le courage de poser la question de sa candidature".

MM. Juppé et Fabius, "les meilleurs de leur génération"

Et pour enfoncer le clou, il souligne qu'en cette "période gravissime, nous avons besoin d'un président calme, plein de sang froid, ayant une reconnaissance internationale incontestable". Il cite, à droite, "Alain Juppé" qui "a ces qualités", et "Laurent Fabius" à gauche. "Ce sont les meilleurs de leur génération", ajoute-t-il..

Mme Dati et M. Fillon ont "un handicap"

Candidat centriste aux législatives de 2012, dans la 2e circonscription de Paris que se disputent l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati et le premier ministre François Fillon, M. Lambert "pense avoir le profil approprié".

Selon lui, les deux autres protagonistes ont "un handicap". Le chef du gouvernement, dit-il, est "conjointement et solidairement responsable d'un quinquennat qui aura beaucoup déçu". Quant à Mme Dati, maire du 7e arrondissement, il estime que "ses électeurs, dans la circonscription, sont largement minoritaires".

M. Bayrou a "le projet le plus abouti"

A propos du duel entre Mme Dati et M. Fillon, Il se dit "choqué par la revendication de propriété par l'UMP", rappelant que "les propriétaires d'une ciconscription sont les électeurs et pas les partis".

Quant au soutien qu'il apporte à M. Bayrou, M. Lambert le justifie par le fait qu'il a "le projet le plus abouti et le plus responsable en matière de finances publiques, et de sauvegarde de l'euro".