Présidentielle 2022 : une tribune appelle Anne Hidalgo à se déclarer candidate

Alors qu'Eric Piolle, le maire de Grenoble, a déclaré sa candidature à la primaire écologiste, des soutiens d'Anne Hidalgo publient une tribune pour lui demander d'annoncer, à son tour, sa candidature. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Anne Hidalgo en juin 2021.  (RICHARD BRUNEL / MAXPPP)

Après les élections régionales et départementales, les prétendants à la présidentielle se positionnent à gauche. Alors qu'Eric Piolle, le maire de Grenoble, a confirmé mardi 29 juin qu'il était candidat à la primaire des écologistes, au Parti socialiste, des élus locaux ont publié mercredi 30 juin une tribune dans la presse quotidienne régionale pour apporter leur soutien à Anne Hidalgo et l'encourager à se présenter.

L'offensive en faveur d'Anne Hidalgo

L'idée de cette tribune en faveur d'Anne Hidalgo est de montrer que "sa candidature est une évidence", commente ce parlementaire. Le texte est signé par plusieurs centaines d'élusParmi eux, la fameuse "équipe de France des maires" avec, par exemple, le premier édile de Montpellier, Mickael Delafosse, celui de Nancy, Mathieu Klein ou encore l'influente maire de Lille, Martine Aubry. Parmi les signataires, il y a aussi les maires de Nantes ou de Rennes ainsi que de nombreux élus de villes moyennes et de communes rurales.

Cette tribune intitulée "pour nous, c'est Anne" est un texte simple où les signataires expliquent pourquoi Anne Hidalgo est la mieux placée pour incarner une candidature sociale et écologiste à la prochaine présidentielle. Dans l'entourage de la maire de Paris, on indique qu'il s'agit là d'une forme "d'attente et d'impatience à la voir porter le fruit de leur travail commun", engagé lors des déplacements de la maire de Paris depuis plusieurs mois.

Cependant, la tribune ne devrait rien changer au calendrier déjà annoncé par Anne Hidalgo : rencontres à Villeurbanne avec des maires de son camp le 12 juillet, déplacement cartes postales tout l'été, puis un livre publié à la rentrée avant une déclaration de candidature à l'automne. "La mayonnaise est modeste mais elle commence à prendre", commente un sénateur socialiste. L'idée est bien de faire monter le désir autour de la candidature Hidalgo. 

Une autre tribune appelle à une grande primaire 

Dans le même temps, un collectif d'une soixantaine d'intellectuels lance un appel dans Le Monde pour une "primaire populaire" à gauche. Parmi eux, on retrouve, le réalisateur Cyril Dion, des comédiens comme Charles Berling et Juliette Binoche, la "gilet jaune" Priscillia Ludowski ou encore le climatologue Jean Jouzel, un proche et soutien d'Anne Hidalgo aux dernières municipales.

Ce texte affirme que "la fragmentation de la gauche et de l’écologie désespère l’électorat, dopant l’abstention". Ils tentent de mettre la pression pour une candidature unique en publiant une enquête réalisée par l’institut Harris, selon laquelle 90% des sympathisants de gauche et écologistes souhaitent une candidature unique. 

Cependant, Anne Hidalgo a déjà prévenu qu'elle n'était pas favorable à des primaires. Sans compter que les écologistes vont désigner leurs candidats en septembre et que le communiste Fabien Roussel et l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon ont déjà fait acte de candidature. Après les régionales, la gauche apparaît plus divisée que jamais. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti communiste français - PCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.