Fabien Roussel succède à Pierre Laurent à la tête du Parti communiste

La liste du député du Nord a obtenu 442 voix sur les 569 délégués qui ont voté au congrès du PCF.

Fabien Roussel, alors candidat du PCF pour les élections régionales du Nord-Pas-de-Calais, le 2 décembre 2015.
Fabien Roussel, alors candidat du PCF pour les élections régionales du Nord-Pas-de-Calais, le 2 décembre 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Fabien Roussel a été élu secrétaire national du PCF, dimanche 25 novembre, lors du congrès du parti communiste à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). La liste du député du Nord a obtenu 442 voix des 569 délégués qui ont voté, pour 127 bulletins blancs ou nuls. Fabien Roussel succède donc à Pierre Laurent, secrétaire national pendant huit ans.

Début octobre, le texte de Pierre Laurent avait essuyé une défaite face au Manifeste pour un PCF du XXIe siècle de son rival. Ce vote des adhérents avait ouvert plusieurs semaines de tractations, marquées par 3 000 amendements au document de Pierre Roussel. Une liste unique de direction a été désignée mardi dernier. Pierre Laurent présidera désormais le Conseil national, le Parlement du PCF. 

Une motion de soutien contre "l'injustice sociale et fiscale"

Pour clairement ancrer le PCF dans les mouvements sociaux les plus actuels – l'un des mots d'ordre du Congrès extraordinaire d'Ivry-sur-Seine –, Fabien Roussel a fait voter samedi une motion de soutien au "mouvement contre la vie chère et l'injustice sociale et fiscale", alors que les communistes ne les avaient jusque-là pas clairement défendus. "Nous sommes résolument aux côtés des travailleurs, des retraités assommés par la hausse des prix des carburants, qu'ils portent ou non un gilet jaune."

La traduction concrète de ce soutien de papier reste à définir. Le secrétaire de la fédération de Paris, Igor Zamichiei, appelle pour sa part, "à ce que partout les communistes se mêlent à ces manifestations. Une colère populaire existe en France et ne trouve pas de débouchés".

Fabien Roussel a promis "un PCF plus fort, plus influent, plus combatif" devant un congrès décidé à afficher son unité au moment où il joue sa survie politique. Le chantier est vaste pour le nouveau secrétaire national : absence du parti à la présidentielle, score historiquement bas de 2,79% aux législatives de 2017 et sondages en berne pour les européennes de mai.