Vidéo Vice-présidences RN de l'Assemblée nationale : "La suite de l'histoire, c'est une fusion entre la famille libérale et la famille autoritaire", s'indigne François Ruffin

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le député La France insoumise de la Somme François Ruffin précise qu'il siègera tout de même au palais Bourbon lors de séances présidées par un élu RN, alors que deux députés du Rassemblement national ont été élus parmi les six vice-présidents de l'Assemblée nationale.

"Vous verrez que dans les années à venir, il va y avoir des rapprochements entre la famille libérale et la famille autoritaire", craint jeudi 30 juin sur franceinfo le député La France insoumise de la Somme François Ruffin. Mercredi, deux députés du Rassemblement national ont été élus parmi les six vice-présidents de l'Assemblée nationale.

"On voit comment l'histoire s'est accélérée"

"Le rapprochement est en cours ! La suite de l'histoire, c'est une fusion entre ces deux familles pour que le système se maintienne entre les mêmes mains." François Ruffin, qui précise qu'il siègera tout de même au palais Bourbon lors de séances présidées par un élu RN, souhaite "qu'on voit comment l'histoire s'est accélérée". "Il y avait le barrage, puis après le premier tour des élections législatives, les Macronistes se sont mis à dire que, finalement, ils iraient chercher des voix chez les députés du Rassemblement national pour faire passer leurs lois."

Il déplore également l'épisode où le nouveau député Renaissance Éric Woerth a laissé entendre "qu'il vaudrait mieux que le président de la commission des Finances soit un RN plutôt qu'un Insoumis qui aurait l'idée du contrôle fiscal". Le député de la Somme considère que depuis que "le projet libéral est mort" en 2005 "quand 55% des Français ont voté non au traité constitutionnel européen", "le système sait qu'il doit gouverner contre le peuple et sans le peuple".

Renaissance et Rassemblement national sont "compatibles"

"Le système, ce sont les dirigeant des grands médias qui ont permis l'élection d'Emmanuel Macron en 2017 et le capital qui va inviter à des épousailles entre la famille autoritaire d'extrême droite et la famille libérale pour maintenir le libre-échange, la concurrence, le partage des richesses complètement injuste et pour que les manettes des outils de production de ce pays ne lui échappent pas." Selon lui, Renaissance (ex-LREM) et le Rassemblement national sont "compatibles" à plus d'un titre.

"Le parti libéral s'est montré de plus en plus autoritaire, notamment dans sa gestion de la crise des 'gilets jaunes' puis du Covid-19" et "Marine Le Pen a fait campagne pour dire à l'oligarchie : 'Ne vous faites pas de soucis, je vais maintenir les choses en place'". "Regardez le type d'opposition à Emmanuel Macron qu'elle propose. Le dimanche, c'est 'Nous sommes la seule opposition', et le lendemain, c'est 'Nous serons une opposition constructive'. On croirait du Jean-Pierre Raffarin, c'est du carton pâte."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.