Cet article date de plus de neuf ans.

Obama prononce le mot tabou "nigger" pour combattre le racisme

Dans une interview à la radio, le président des Etats-Unis a évoqué le racisme et de la ségrégation qui mine encore la société américaine. Ne craignant pas la polémique, il a utilisé pour la première fois le mot tabou "nègre".
Article rédigé par Fanny Bouvard
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Barack Obama dénonce le racisme "qui fait partie de l'ADN" des américains  © MAXPPP)

Barack Obama fait de la lutte contre le racisme sont nouveau cheval de bataille, à peine une semaine après la tuerie de Charleston où neuf personnes ont été tuées par un blanc dans une église noire. Il l’a dénoncé publiquement dans une interview radio diffusée lundi matin à Los Angeles et pour prouver sa détermination, le président n’a pas hésité à créer la polémique en utilisant le mot  "nègre" , mot "interdit" aux Etats-Unis.

 

"Nous ne sommes pas guéris du racisme" Barack Obama

 

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président a toujours fait preuve d’une grande prudence au sujet du racisme, voulant éviter à tout prix la division. Lundi matin, il a été plus direct, affirmant : "l’héritage de l'esclavage, de l’ancien ségrégationnisme et des années de discrimination font toujours parties de notre ADN. […] Les sociétés n'effacent pas complètement, du jour au lendemain, ce qui s'est passé 200 ou 300 ans plus tôt." Cela fait seulement 50 ans que la ségrégation a été abrogée dans certains Etats du sud des Etats-Unis.

 

"Nigger", un mot interdit dans la bouche d’un président

 

Pour insister et marquer les esprits, le président américain a décidé d’utiliser le mot "nègre" , symbole de racisme et de haine pour beaucoup d’Américains. "Il ne s'agit pas seulement de ne pas dire "nègre" en public, a affirmé Barack Obama. Parce que c'est impoli, ce n'est pas à cela que l'on mesure si le racisme existe toujours ou pas". ** C’est la première fois que le président prononce ce terme, même s’il l’avait déjà écrit dans l’un de ses livres.

A l’issue de l’interview beaucoup de médias américains commentant cet entretien, ont préféré parler de "N-Word" plutôt que de prononcer le mot "nègre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.