Notre-Dame-des-Landes : l'évacuation de la ZAD s'éternise

Gendarmes et  Zadistes s'affrontent lors de l'évacuation du site situé en Loire-Atlantique

FRANCE 3

Les gendarmes sont sur place et contrôlent la route qui mène à la ZAD, mais les occupants n'ont pas l'intention de partir et défendent ce qu'ils considèrent comme étant leur territoire.

"Ils ne sont pas prêts d'avancer, ils sont empêtrés dans la boue", assure un zadiste cagoulé. "On va les garder là, tranquillement", avance-t-il.

Les soutiens extérieurs affluent

Si certains chantent des chants de résistance, d'autres renvoient les bombes lacrymogènes. Les Zadistes peuvent aussi compter sur des soutiens arrivés depuis peu. "Je ne pouvais plus être juste mécontente sur mon canapé", confie une jeune femme venue militer. 

Et les soutiens affluent toujours et tentent de trouver un point de passage non contrôlé par les gendarmes. Leur but est de venir occuper les lieux et ralentir encore l'évacuation des occupants et le démentèlement des constructions

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militants sont évacués du toit de la ferme des \"100 Noms\", dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 9 avril 2018. 
Des militants sont évacués du toit de la ferme des "100 Noms", dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 9 avril 2018.  (SEBASTIEN SALOM GOMIS / SIPA)