Notre-Dame-des-Landes : comment débloquer la situation ?

Alors que le huitième jour de face à face à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) entre les gendarmes et les zadistes est bien entamé, France 2 fait le point sur la situation sur place.

France 2

À Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), les opérations d'évacuation s'annoncent plus compliquées que prévu. Des centaines de militants sont venus grossir ce week-end des 14 et 15 avril le camp des opposants. La zone finira-t-elle par être évacuée comme promis ? Lundi 9 avril, la gendarmerie fournissait des images de symboles de la ZAD démantelés par les forces de l'ordre. Ce jour-là, les gendarmes reprennent la départementale D281, la fameuse route "des chicanes".

Un nouveau délai

Les affrontements se déplacent alors vers l'ouest. Les gendarmes démantèlent, les zadistes reconstruisent. Ils campent actuellement sur la départementale D81. Sur place, les zadistes étaient une centaine la semaine dernière, ils seraient actuellement 700 et ils affichent leur détermination. À la question de savoir si leur combat est légitime, ils répondent en être convaincus. La préfecture donne aux occupants de la ZAD un nouveau délai : ils ont à présent jusqu'au 23 avril pour déposer d'éventuels projets d'exploitation agricole.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gendarmes évacuent la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 10 avril 2018.
Des gendarmes évacuent la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 10 avril 2018. (MAXPPP)