NDDL : "Une évolution des rapports de force à l'échelle locale" s'est jouée selon Eddy Fougier

Le politologue spécialiste des mouvements contestataires, Eddy Fougier, est l'invité de Soir 3. L'occasion de revenir sur la situation à Notre-Dame-des-Landes ainsi que sur la construction du mouvement des zadistes.

Voir la vidéo

Du bourbier à la sortie de crise. Depuis ces dernières heures, un tournant s'est opéré sur l'épineux dossier de Notre-Dame-des-Landes. D'après le politologue Eddy Fougier c'est "une évolution des rapports de force à l'échelle locale" qui s'est jouée lors de cette journée du vendredi 20 avril. "Jeudi et vendredi, des interviews de leaders historiques de l'opposition à la construction de l'aéroport ont été publiées dans la presse locale", explique ce spécialiste des mouvements contestataires. Avant de poursuivre : "Ils intimaient presque un ordre aux zadistes en leur demandant de se rendre à la préfecture et de tendre la main au gouvernement. Les plus modérés l'ont fait."

Une version contemporaine des hippies ?

Pour cet auteur de deux ouvrages sur les zadistes, l'attachement de ces derniers à un projet collectif tient à une logique de nature idéologique. "Les zadistes veulent créer une communauté alternative avec un projet dit 'communautaire'. "Ils ne se reconnaissent pas nécessairement dans un individualisme classique", détaille-t-il.

Une philosophie de vie, sorte de version contemporaine du point de vue du mouvement hippie ? "D'un certain point de vue, du moins pour ceux qui s'engagent dans cette communauté alternative au nom d'une rupture avec les normes de la société", selon Eddy Fougier, qui ajoute également "qu'il y a également des marginaux qui trouvent une sorte de refuge dans cette zone".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des opposants à l\'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) manifestent, le 10 février 2018, pour fêter l\'abandon du projet.
Des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) manifestent, le 10 février 2018, pour fêter l'abandon du projet. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)