Nicolas Sarkozy : le Conseil constitutionnel autorise le procès

Vendredi 17 mai, le Conseil constitutionnel a estimé que Nicolas Sarkozy pouvait être jugé au tribunal correctionnel dans le cadre de l'affaire Bygmalion.

France 2

Nicolas Sarkozy s'approche plus que jamais d'un procès dans l'affaire Bygmalion, la société au cœur du financement illégal de la présidentielle de 2012. L'ancien président de la République estimait déjà avoir été sanctionné pour ces faits en 2013, avec l'obligation de rembourser une partie de ses frais de campagne. Mais le Conseil constitutionnel a tranché, la sanction financière de 2013 n'empêche pas un procès au pénal. "C'est une très grande déception", a fait savoir Me Emmanuel Piwnica, l'avocat de Nicolas Sarkozy.

42,8 millions d'euros de dépense

L'ancien président de la République devrait donc rejoindre sur le banc des prévenus les principaux cadres de sa campagne et les responsables de Bygmalion. Pour la présidentielle de 2012, ses dépenses, plafonnées par la loi à 22,5 millions d'euros, se sont en fait élevées à plus de 42,8 millions d'euros. Depuis des années, Nicolas Sarkozy répète qu'il n'était pas au courant. Mais chez Bygmalion, certains mis en examen n'ont pas les mêmes souvenirs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Sarkozy au Parc des Princes à Paris, le 4 mai 2019. (photo d\'illustration)
Nicolas Sarkozy au Parc des Princes à Paris, le 4 mai 2019. (photo d'illustration) (LIONEL BONAVENTURE / AFP)