Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption
FRANCE 2
Article rédigé par
N. Perez, E. Pelletier, C. Weill-Raynal, S. Pichavant, L. Haedrich, V. Bouffartigues, O. Darmostoupe, P. Grandouiller, Y. Kadouch - France 2
France Télévisions

Lundi 1er mars, l'ancien président Nicolas Sarkozy a été jugé coupable de corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes" : il a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme, aux côtés de son avocat Thierry Herzog et le haut-magistrat Gilbert Azibert, qui écopent de la même peine. 

Lundi 1er mars, jugé coupable de corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes", Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme. Pour la présidente du tribunal, l'ancien président a bien tenté de corrompre un haut-magistrat, Gilbert Azibert, avec la complicité de son avocat, Thierry Herzog. Il était question d'un poste à Monaco en échange d'informations confidentielles sur un dossier le concernant. 

Même condamnation pour Gilbert Azibert et Thierry Herzog

"Les faits [...] sont d'une particulière gravité ayant été commis par un ancien président de la République qui a été le garant de l'indépendance de la justice", a asséné Christine Mée, la présidente de la chambre correctionnelle du tribunal de Paris. L'avocate de Nicolas Sarkozy, Me Jacqueline Laffont, a aussitôt fait appel.

La condamnation est la même pour le juge Azibert et l'avocat Thierry Herzog, qui ont fait savoir qu'ils feraient également appel du jugement. "Si à l'issue d'un procès en appel, les condamnations devaient être les mêmes [...], Nicolas Sarkozy et ses deux coprévenus pourraient échapper à la case prison, car selon la loi, toute condamnation inférieure ou égale à deux ans de prison ferme est aménageable", précise la journaliste Nathalie Perez. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.