Nucléaire : un rapport préconise la construction de six réacteurs EPR à partir de 2025

Demandé par Nicolas Hulot et Bruno Le Maire au printemps dernier, les arbitrages sont attendus pour cet automne. 

Le réacteur 3 du futur EPR de Flamanville, dans la Manche, le 16 novembre 2016.
Le réacteur 3 du futur EPR de Flamanville, dans la Manche, le 16 novembre 2016. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

D'après l'entourage de Nicolas Hulot, le ministre démissionnaire aurait seulement survolé le document, mais on imagine facilement sa réaction. Ce rapport, commandé par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le désormais ancien ministre de la Transition énergétique, prône en effet la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025, indiquent Les Echos jeudi 30 août.

Selon le journal, le rapport recommande la construction d'un premier EPR en 2025 (pour une entrée en service en 2035), puis un deuxième deux ans après, et ainsi de suite pour ces trois premières paires de réacteurs censées "maintenir les compétences industrielles, donner des perspectives aux salariés et assurer la relève", notent Les Echos. Contactés par l'AFP, ni Bercy ni l'entourage de l'ex-ministre n'ont souhaité commenter ces informations.

Des spécialistes orientés

Les deux spécialistes chargés de remettre leurs conclusions aux ministres – et validés par Nicolas Hulot – ne sont autres que Yannick d'Escatha, ancien administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique, et désormais conseiller du PDG d'EDF (qu iplaide pour la construction de nouveaux EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne), et Laurent Collet-Billon, chef de la direction générale de l'Armement de 2008 à 2017.

Après avoir dénoncé en juin une "dérive" de la filière nucléaire, Nicolas Hulot avait fustigé, lors de l'annonce de sa démission mardi 28 août, l'énergie atomique, "cette folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s'entête".