Cet article date de plus de quatre ans.

Daniel Cohn-Bendit assure avoir été approché pour succéder à Nicolas Hulot... mais plaide pour Pascal Canfin

L'ex-député européen confie au "Journal du dimanche" et à "Ouest-France" qu'il a été contacté par Christophe Castaner et Benjamin Griveaux. Il pourrait rencontrer Emmanuel Macron dimanche. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien député européen Daniel Cohn-Bendit, le 10 octobre 2017 à Francfort (Allemagne).  (FRANK RUMPENHORST / DPA / AFP)

Daniel Cohn-Bendit pourrait-il remplacer Nicolas Hulot, après sa démission du poste de ministre de la Transition écologique et solidaire, mardi 28 août ? L'ancien député européen a affirmé dans des entretiens au Journal du dimanche et au quotidien régional Ouest-France vendredi, avoir été contacté par Christophe Castaner et Benjamin Griveaux pour succéder à l'ancien présentateur de télévision.

"Castaner m'a appelé", a révélé Daniel Cohn-Bendit au JDD, précisant à Ouest-France que le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, l'avait également contacté. "Je lui ai dit [à Christophe Castaner] que je ne croyais pas que c'était une bonne idée. Je ne suis pas du tout fait pour être ministre", a-t-il ajouté.

Une possible réunion avec Macron dimanche

Plus étonnant, Daniel Cohn-Bendit affirme avoir plaidé, au téléphone, pour une nomination de Pascal Canfin, ex-eurodéputé EELV au poste de ministre. "Canfin serait le meilleur. il a une dimension européenne, c'est un vrai écolo et il a de l'expérience", explique-t-il au JDD"Si ministre, ce n'était que faire des conférences de presse, ça je peux faire, tous les jours, toutes les heures et dans toutes les langues", a développé l'ancien député européen.

"Je tiens à ma liberté", a aussi confié l'écologiste. Selon les informations du Journal du dimanche, Daniel Cohn-Bendit se refuse à prendre sa décision "tant [qu'il n'a] pas discuté avec Macron". "Pour l'instant, Emmanuel Macron ne m'a rien proposé directement. J'ai cru comprendre qu'il demanderait à me voir dimanche", a précisé l'écologiste. Ce dernier avait soutenu le chef de l'Etat, alors candidat, lors de la campagne présidentielle de 2017. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nicolas Hulot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.