Cet article date de plus de dix ans.

Nicolas Hulot a fait le déplacement samedi à Lyon, pour la naissance du nouveau parti Europe Ecologie - Les Verts

Sans note et face à quelque 2.000 militants, Nicolas Hulot a d'emblée fixé le cadre:" C"est pas anodin pour moi d"être ici. Prenez ça déjà comme un simple geste d"amitié".En clair, il n'adhèrera pas au nouveau parti se sentant plus utile "à l'extérieur" mais souhaite ardemment qu'il ne soit pas "une vulgaire offre politique supplémentaire".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Nicolas Hulot aux Assises nationales du rassemblement des écologistes, le 13 novembre 2010 à Lyon. (AFP / Philippe Desmazes)

Sans note et face à quelque 2.000 militants, Nicolas Hulot a d'emblée fixé le cadre:" C"est pas anodin pour moi d"être ici. Prenez ça déjà comme un simple geste d"amitié".

En clair, il n'adhèrera pas au nouveau parti se sentant plus utile "à l'extérieur" mais souhaite ardemment qu'il ne soit pas "une vulgaire offre politique supplémentaire".

Mise au point

En préambule, Nicolas Hulot a tenu à faire une petite mise au point, adressée très directement à Daniel Cohn-Bendit qui l"avait qualifié de "catastrophiste". Preuve que la remarque l"avait touché.

"Compte tenu de l"estime que je porte à Dany Cohn-Bendit et, s"il ne m'en veut pas, je voudrais juste préciser quelque chose pour lever une ambigüité entre nous", a commencé Nicolas Hulot.

"Je ne sais pas si je suis catastrophiste. Je crois même que je ne suis ni optimisme, ni pessimisme pour la bonne et unique raison, c"est que l"optimisme et le pessimisme, ce sont les deux phases d"une même stratégie qu"on appelle la résignation ou la capitulation", a-t-il lancé.

"Dans les deux cas, vous abandonnez votre sort au destin parce que les pessimistes considèrent que tout est foutu et les optimistes considèrent que tout va s"arranger. Et moi, je me refuse d"être l"optimisme qui est un imbécile heureux, pas plus que je ne veux être un pessimiste qui est un imbécile triste", a-t-il poursuivi.

Une manière de faire taire les critiques qui avaient suivi la sortie de son film et de montrer qu'elles n'ont en rien affaibli ses convictions.

Félicitations

L'écologiste vedette qui n'a pas exclu d'être candidat en 2012 même s'il n'est "pas certain" qu'on ait "besoin" de lui, a loué avec insistance, le travail accompli par les écologistes.

"Moi ce qui m"intéresse chez les uns et chez les autres, c"est le chemin parcouru. C'est bien de vous voir tous ensemble, ici dans une rencontre et une étape aussi improbable, je vous dis chapeau et bravo. Bravo d"avoir mis de côté vos divergences, et de vous être augmentés de vos différences. Vous avez fait la démonstration que composer, ce n"est pas se décomposer".

Et Nicolas Hulot, d'espérer que le rassemblement n'en reste pas là. "Moi j"attends de vous que vous soyez culturellement endémique", a-t-il lancé.

Lever les tabous
Autre temps fort de son intervention, le défi lancé aux acteurs du nouveau parti : "Il y a un préalable qu"aucune formation politique de mon point de vue n"a osé engager et que je souhaite que vous engagiez. C"est ensemble, collectivement de redéfinir les fins et les possibles. Si vous ne redéfinissez pas les fins, si vous ne dites pas quelle est la finalité de l"économie, si vous ne redites pas à quoi est destiné le génie humain, je ne vois pas qui le fera".

Pédagogue et invitant comme il en a l'habitude à la réflexion, Nicolas Hulot a résumé la problématique posée aux écologistes, mais au-delà d'eux, à tous les citoyens en deux questions : "Quelle croissance est compatible avec la réalité physique du monde ? Comment pourrait durer, encore un peu plus longtemps, dans un monde aux ressources limitées, une croissance illimitée ?".

Deux interrogations qui, à coup sûr, alimenteront la réflexion des écologistes dont la tâche s'annonce ardue. Après avoir posé les fondations, les militants d'Europe Ecologie - Les Verts vont devoir s'atteler à l'élaboration de leur programme, s'ils espèrent jouer les premiers rôles en 2012.

Parions que d'ici-là, Nicolas Hulot aura de nouveau fait entendre sa voix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.