La ministre Michèle Delaunay déclare un patrimoine de 5,4 millions d'euros

La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, a révélé son patrimoine au quotidien "Sud Ouest", lundi 15 avril. Tous les membres du gouvernement doivent en faire de même. 

La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, à l\'Assemblée nationale à Paris, le 13 février 2013.
La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, à l'Assemblée nationale à Paris, le 13 février 2013. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

C'est le grand jour pour les ministres, qui doivent publier leur déclaration de patrimoine, lundi 15 avril, en conformité avec une demande de François Hollande. La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, n'a pas attendu 17 heures pour livrer la sienne. Le quotidien Sud Ouest révèle que son couple dispose d'un patrimoine de 5,4 millions d'euros. La ministre ajoute toutefois qu'elle ne s'est "jamais vécue comme riche", bien qu'elle paie l'impôt sur la fortune. 

Des maisons, des tableaux, des bijoux

Ce patrimoine comporte 3,1 millions de biens immobiliers, avec deux maisons à Bordeaux, une à Arcachon (Gironde), une à Hossegor (Landes). Il comporte aussi 200 000 euros de meubles et tableaux anciens et 15 000 de bijoux.

D'après le détail, validé par l'AFP avec son entourage, il comporte aussi des éléments financiers issus de la vente d'une partie de ce patrimoine, soit 1,3 millions. Un autre million correspond aux gains des deux carrières du couple : Michèle Delaunay était cancérologue et chef de clinique, son époux haut fonctionnaire.

"Difficilement compréhensible de la majorité des Français"

La ministre reconnaît qu'elle dispose d'un "patrimoine très important. Et difficilement compréhensible de la majorité des Français qui sont dans la difficulté". Et la ministre connaît le poids des symboles. Elle s'inquiète ainsi du risque d'"opprobre", et qu'on puisse lui demander : "Comment pouvez-vous parlez du RMI ?" 

Michèle Delaunay se dit émue de "devoir transformer toute une vie en éléments financiers. Alors qu'elle est tout sauf ça". "Sachant le contexte politique très tendu, (...) l'opposition ne va pas manquer de s'engouffrer dans l'image de la socialiste riche", regrette-t-elle.

Mais elle insiste sur le fait que ce patrimoine a été constitué au fil des ans, et au terme de "de deux carrières professionnelles longues, de bon niveau, et des héritages issus de nos quatre parents. Il s'agit donc du bilan de deux vies. Sans enfant, qui plus est". Pour écarter l'aspect matériel de cette déclaration, elle insiste sur d'autres points. "L'essentiel de ce que m'ont légué mes parents n'est pas un patrimoine immobilier. C'est le sens du travail et le courage".

"Une marche probablement nécessaire"

La ministre dit vivre cette exposition comme une "épreuve", notamment pour son mari contraint, via le mariage en communauté, au même affichage "alors qu'il n'a rien demandé". Michèle Delaunay relève enfin qu'une des maisons dont elle a hérité de ses parents à Bordeaux en 1968 a vu sa valeur multipliée par 40 : "Si cette déclaration peut favoriser une réflexion sur la folie immobilière, ce ne sera pas le moindre de ses effets."

Elle reconnait toutefois que la publication "est une marche probablement nécessaire vers une véritable bataille contre l'évasion fiscale et la fraude". Compte tenu de l'affaire Jérôme Cahuzac, "cela aurait pu paraître comme une volonté de protéger certains".