Cet article date de plus de huit ans.

Michel Rocard est mort à l'âge de 85 ans

L'ancien Premier ministre de François Mitterrand est décédé samedi à l'âge de 85 ans. C'était un homme de gauche réformiste. A 58 ans, il avait accédé à Matignon.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
  (Premier ministre de François Mitterrand de mai 1988 à mai 1991, il était âgé de 85 ans © Reuters)

Michel Rocard, qui était atteint d'un cancer, est décédé samedi à l'âge de 85 ans à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Une cérémonie au temple protestant va être organisée dans les jours qui viennent, suivie d'un hommage national à Michel Rocard aux Invalides, à Paris, présidé par François Hollande, puis d'un hommage au siège du PS, autour du 11 juillet.

Ancien chef de gouvernement de François Mitterrand (mai 1988 à mai 1991), homme de gauche adepte de la réforme, Michel Rocard est décédé samedi à l'âge de 85 ans. Il a été député, ministre, on lui doit le RMI, la CSG et la rédaction d'un livre blanc sur les retraites qui fait encore référence. Il sera l'artisan des accords de Matignon en 1988, qui ouvre à la Nouvelle-Calédonie la voie vers l'autodétermination.

Depuis samedi soir et l'annonce de son décès, de nombreuses personnalités politiques lui ont rendu hommage. 

François Hollande a rendu hommage à "un rêveur réaliste, un réformiste radical, animé par le mouvement des idées, le sort de la planète et de la destinée humaine".

"Jusqu'à son dernier souffle, il a continué à avancer des idées et à proposer ses solutions. Jamais il n'exprimait une nostalgie ou un regret. Seul comptait l'avenir. Michel Rocard a réussi à être un homme d'Etat respecté, un intellectuel brillant et un militant fidèle à l'idéal pour lequel il avait très jeune décidé de consacrer sa vie", dit le chef de l'Etat dans un communiqué.

"Un militant, un visionnaire et un homme d'Etat"

Manuel Valls, un de ses disciples, a pour sa part rendu hommage samedi soir à Michel Rocard, "un militant, un visionnaire et un homme d'Etat", qui a "incarné la modernisation de la gauche et l'exigence de dire la vérité".

  (Arrivée de Michel Rocard et sa femme au Parti Socialiste après l'annonce de la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle © Sipa)

"C'est avec une immense tristesse que j'apprends aujourd'hui la disparition de Michel Rocard. Je me suis engagé en politique par et pour Michel Rocard. Parce qu'il avait dit en 1978 qu'il n'y avait pas de fatalité à l'échec de la gauche. Parce qu'il disait avant les autres que le changement passe par la réforme et non par la rupture", a notamment souligné le Premier ministre dans un communiqué.

A droite, Alain Juppé a fait part de sa tristesse sur France info : "C'est pour moi une grande tristesse. Nous nous étions vu il y a 15 jours à peine", a réagi sur France Info, Alain Juppé à l'annonce de la mort de Michel Rocard, à l'âge de 85 ans. "C'était un homme avec qui j'avais noué d'abord des relations de travail et qui étaient devenues des relations d'amitié. Il était fidèle au Parti socialiste, je suis fidèle à mon parti, mais au-delà de ces clivages partisans nous avions le goût du débat."

"Nous nous étions vus il y a 15 jours à peine" - Alain Juppé

Alain Juppé et Michel Rocard avaient publié un livre ensemble, "La politique telle qu'elle meure de ne pas être". "Michel était un esprit toujours en éveil, extrêmement agile jusque dans le grand âge. J'aimais son absence de sectarisme. Son respect de l'autre dans le débat. C'était toujours un plaisir d'échanger des idées avec lui."

Relations conflictuelles avec Mitterrand

Socialiste réformiste, Michel Rocard a été Premier ministre de 1988 à 1991 de François Mitterrand, avec lequel il a toujours eu des relations conflictuelles, en cause leur ambition commune : l'Elysée.

Michel Rocard a dirigé le PS en 1993 et 1994. Licencié ès lettres, diplômé de Sciences-Po et du Centre d'études des programmes économiques (CEPE), il sort en 1958 de l'Ecole nationale d'administration (ENA), où il côtoie Jacques Chirac, et rejoint l'Inspection des finances. A Matignon en 1988, il pratique l'ouverture, ramène la paix en Nouvelle-Calédonie et instaure le RMI

**Pascale Clark l'avait reçue sur France inter, entretien durant lequel il s'était plié à l'exercice de l'autoportrait : 

 **

Michel Rocard s'entretient avec Pascale Clark

En 2007, il a été victime d'une grave hémorragie cérébrale lors d'un voyage en Inde. Plus récemment, en mars 2012, en visite à Stockholm, il avait dû être hospitalisé cinq jours, après un malaise qui conduisirent les médecins suédois à résorber un caillot sur la partie droite du cerveau.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.