Tribune de militaires dans "Valeurs Actuelles" : "C'est une insulte jetée à la figure de milliers de militaires", estime Florence Parly

"Ce comportement est d'autant plus irresponsable de la part de gens qui ont servi sous les drapeaux", assure sur franceinfo la ministre des Armées.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
La ministre des Armées Florence Parly tient une conférence de presse avec le ministre allemand de la Défense après leur rencontre à l'Hôtel de Brienne, à Paris, le 20 avril 2021. (POOL)

Cette tribune de militaires dans l'hebdomadaire Valeurs Actuelles "est une insulte jetée à la figure de milliers de militaires", a réagi Florence Parly, lundi 26 avril sur franceinfo. Une tribune qui a fait "bondir" la ministre des Armées qui se dit surtout "choquée" par l'appel de Marine Le Pen qui a proposé aux militaires de la rejoindre. Elle a par ailleurs indiqué sur franceinfo que des "sanctions tomberont" si, parmi les signataires, des militaires sont encore en fonction.

franceinfo : Cette tribune vous a-t-elle fait bondir ?

Florence Parly : Oui, elle m'a fait bondir parce que les militaires ont évidemment le droit d'avoir des opinions, mais il existe un devoir de réserve. Je ne partage en rien les opinions proférées par ces généraux à la retraite et qui appellent à une sorte d'insurrection, du moins, attise un climat de division. Ce qui me choque encore plus, c'est que madame Le Pen ait pu appeler ces militaires à la rejoindre parce qu'au fond, on voit bien que la campagne des élections présidentielle a commencé. Mme Le Pen n'est guidée que par son ambition personnelle, elle n'a pas vraiment d'ambition pour la France, si ce n'est de l'affaiblir et la diviser. En tout cas, il y a une chose qui est très claire, c'est que la dédiabolisation, comme elle dit, a des limites. Et elle ressemble bien plus à son père que ce qu'elle voudrait nous faire croire. J'espère que cette tribune qui a été mise en ligne ne l'a pas été en étant de mèche avec madame Le Pen.

Le devoir de réserve s'applique-t-il aux généraux à la retraite ?

Les généraux à la retraite sont astreints à un devoir de réserve. C'est dans le statut des militaires. Et d'ailleurs, il y a déjà eu pour l'un de ces signataires des sanctions qui ont été prises, puisque l'un d'entre eux a été radié des armées [en 2016 pour avoir participé à une manifestation anti-migrants]. Pour les militaires qui ont enfreint le devoir de réserve, des sanctions sont prévues et s'il y a des militaires actifs parmi les signataires, j'ai demandé au chef d'Etat-major des Armées d'appliquer les règles qui sont prévues dans le statut des militaires, c'est-à-dire des sanctions, car ce sont des actions qui sont inacceptables. Le statut des militaires est un statut qui est connu de tous, qui permet aux militaires d'avoir des opinions, mais d'en limiter l'expression à la sphère privée. Donc, il est exclu en toute circonstance de faire référence à son grade et à sa fonction.

"Le recensement en cours et les sanctions tomberont."

Florence Parly, ministre des Armées

à franceinfo

Est-ce-que cette tribune reflète l'opinion de l'armée ?

C'est une insulte qui est jetée à la figure de milliers de militaires à travers cette tribune, d'une part, et l'appel de madame Le Pen à rejoindre son camp, d'autre part. L'immense majorité des militaires défend des valeurs républicaines, assure la protection des Français, assure la défense de la France conformément aux principes de neutralité et de loyauté qui est au cœur de leur statut. Donc, je n'ai pas le moindre doute sur le fait que nous avons une armée de la République et qui considère qu'elle est au service de la nation et de personne d'autre. Les militaires sont des personnalités qui ont choisi d'abord et avant toute chose le service de la Nation et le service de leurs concitoyens. Ce sont des valeurs généreuses et courageuses et qui me semblent à l'opposé de ce que les thèses complotistes et conspirationnistes colportent.

Et que leur répondez ces signataires qui évoquent un risque de guerre civile et qui semble appeler à un soulèvement ?

On ne jette pas du sel sur les plaies. Lorsque l'on est responsable, on ne cherche pas à attiser des divisions qu'il ne faut pas nier, mais qu'il ne faut pas non plus exagérer et qu'il ne faut pas vouloir accroître. Je crois que nous cherchons tous à faire nation. Les militaires ont la nation chevillée au corps et je pense que ce comportement est d'autant plus irresponsable de la part de gens qui ont servi sous les drapeaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.