Impôts locaux : nouveau cafouillage du gouvernement

Bercy a demandé dimanche aux retraités modestes de ne pas payer leurs impôts locaux. Retour sur un couac fiscal.

FRANCE 2

250 000 personnes, des retraités modestes, sont concernées par cette étonnante consigne donnée dimanche 1er novembre par le ministère des Finances. Il leur a demandé de ne pas payer leurs impôts locaux. Tous avaient reçu pour la première fois un avis de taxe foncière ou de taxe d'habitation. En cause : la suppression en 2008 de la demi-part accordée aux veufs ou aux parents isolés. Ainsi, Marie-Thérèse Christmann s'est retrouvée avec 409 euros de taxe foncière à régler, alors qu'elle était jusqu'ici non imposable. "Comme j'ai lu dans le journal qu'ils veulent l'enlever, qu'ils veulent rembourser ceux qui ont déjà payé, je me suis dit : 'bon, j'attends'", confie-t-elle, un peu désorientée.

D'autres retraités concernés

Manuel Valls a réagi dès samedi soir sur Twitter sur la hausse des impôts pour les retraités, jugeant la situation "injuste". Dans la foulée, Bercy tranche. "Ceux qui étaient exonérés l'an dernier, en 2014, du paiement de leur taxe foncière ou de leur taxe d'habitation le seront en 2015", déclare Christian Eckert, secrétaire d'État au Budget. Mais 600 000 autres retraités modestes ont vu leurs impôts locaux augmenter, et pour eux, rien n'est prévu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre Manuel Valls quitte l\'Elysée le 28 octobre 2015 à Paris.
Le Premier ministre Manuel Valls quitte l'Elysée le 28 octobre 2015 à Paris. (CITIZENSIDE/YANN BOHAC / CITIZENSIDE.COM)