Cet article date de plus de dix ans.

Les réseaux sociaux passent au crible la prestation télévisée de Nicolas Sarkozy

Comme lors de la primaire socialiste, les adeptes du net ont commenté en direct l'interview du président de la République, jeudi soir. Parfois drôles, parfois méchants, souvent engagés... La campagne est bel et bien lancée sur la toile.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le site de microblogging Twitter fait partie intégrante de la stratégie de campagne numérique des partis politiques (AFP)

Comme lors de la primaire socialiste, les adeptes du net ont commenté en direct l'interview du président de la République, jeudi soir. Parfois drôles, parfois méchants, souvent engagés... La campagne est bel et bien lancée sur la toile.

Comme souvent sur Twitter, les commentaires les plus amusants sont aussi les plus incisifs. "La rigueur aux Français, avec une montre à 30 000 euros au poignet. 2 ans de SMIC.", ironise ainsi .

"Je ne travaille pas à ma candidature..." Non et la réunion du mardi soir, c'est pour jouer au Scrabble", commente encore sur le réseau copieusement ponctué du Hastag "#Sarkoshow "

Quand aux affaires, elles inspirent pour qui "Sarkozy et les scandales c'est Dallas sur Seine".

Au-delà de l'humour, les mini messages apportent aussi leur lot de correctifs. "La France emprunte à 4% (et non pas 3%)", corrige .

Pour les partisans du Président en revanche, "Y a pas photo". Nicolas Sarkozy a réussi son show : Après deux mois de primaires socialistes, la vraie politique était de retour ce soir", se réjouit .

"Pour l'instant Nicolas Sarkozy doit gérer une crise et protéger les Français. Hollande, lui, est en vacances", affirme le président des Jeunes Populaires via

Certains s'inquiètent même de la santé du chef de l'Etat : "J'avais peur que #sarkozy soit fatigué après ces débats européens mais finalement non, il est en forme et rigoureux", commente .

Côté classe politique, même dichotomie

Comme dans son interview au Parisien vendredi, Christian Estrosi encense "pédagogue sur la crise et pragmatique sur la dette grecque". Encore plus élogieux . Pour le ministre chargé des Transports : "C'est en véritable chef d'Etat que Nicolas Sarkozy a su ce soir redonner confiance aux Français dans une émission vérité."

Le secrétaire général de l'UMP n'est pas en reste et souligne "un discours de responsabilité et vérité" du président de la République.

Ancien du Front national, puis du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, devenu UMP et conseiller en communication, , qui à l'oreille du chef de l'Etat, fait un parallèle avec sa campagne de 2007.

A gauche, le ton est plutôt "halte au pillage". Sur son blog, le sénateur de Belfort, Jean-Pierre Chevènement, dénonce les mesures d'austérité décidées par les membres de la zone euro. "Nicolas Sarkozy veut mettre l'Europe toute entière à la diète, commente le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC).

"La droite est responsable de l'explosion de la dette", peut-on aussi lire sur le compte du .

Les journalistes n'échappent pas à l'examen

Les deux interviewers font aussi l'objet de commentaires, nettement plus virulents à l'égard du journaliste de TF1. Selon : "Quelque chose me dit que Yves Calvi ne sera plus invité.... Par contre M. Pernault peut prendre un abonnement...!!!!".

Beaucoup plus acerbe twite: "Pernault a juste fait tomber sa paire de couilles dans les toilettes de l'Élysée avant l'itw. Ça arrive, à cet âge là"

Ou plus technique, de la part d'un confrère : "Les rois de la relance, nos amis journalistes télés. Pourquoi ne pas le questionner sur le début de son quinquennat?", s'interroge ainsi

Rien n'échappe aux twittos.

Sur Facebook

Sur le géant Facebook, les commentaires ont également fusé suite à l'intervention de Nicolas Sarkozy, qui a remercié les Français sur sa page : "Malgré la complexité des sujets évoqués, et malgré les vacances scolaires, vous avez été très nombreux à suivre cette intervention télévisée." Une mise à jour de statut qui a suscité pas moins de 762 commentaires, et le chiffre ne cesse d'augmenter.

Certains "facebookiens", à l'image de Jo Boom, expriment leur gratitude :"Je le savais déjà et je continuerai à vous apporter ma confiance et mon soutien aussi minime soit-il... Merci M. le Président d'être à votre poste et de ne pas baisser les bras face à l'adversité."

Tandis que d'autres teintent leur soutien d'inquiétude, comme Yvette Preaux : "Bravo M. Le Président, de mettre les points sur les i. Votre position sur la politique européenne et de notre pays est juste. Un bémol pourtant, l'aide des Chinois me fait peur, vous savez que chez eux rien n'est gratuit, notre économie nos entreprises, et notre savoir-faire risquent d'être pillés et rapatriés en Chine."

D'autres internautes n'hésitent pas à prendre à parti M. Sarkozy : "L'hiver approche. Décembre 2010, de mémoire, 80 personnes vivant dans la précarité sont mortes. Cette année quelle sera la détermination du gouvernement pour que ce chiffre ne soit pas, à nouveau, une réalité ?", s'interroge Cédric De Sade.

Sur la page du Parti socialiste, quelques commentaires, plutôt acerbes, figurent sur le lien renvoyant à l'intervention du chef de l'Etat. Bernard Marie-Joseph ironise : "Ce soir Sarko va se gausser devant le petit écran en se mettant dans la peau du "Zorro" de l'Europe, mais qu'il s'occupe des affaires de son pays, car là il y a du pain sur la planche, parce qu'il a confectionné depuis 2007 un mur entre les plus riches et le reste de la population."

Sur la page de Jean-Luc Mélenchon, les commentaires sont encore plus sévères. Josiane Leguern exprime son "ras le bol de ses bobards pendant que nous, les gens modestes, on n'arrive même plus à finir les fins de mois, les retraites stagnent. Cela suffit : dehors en 2012 !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.