Cet article date de plus de sept ans.

Primaire à droite : le community manager de Sarkozy moque l'affiche de Juppé et la compare à un "faire-part de décès"

Un membre de l'équipe de campagne de l'ancien chef de l'Etat a moqué l'austérité de l'affiche et le slogan du maire de Bordeaux, dévoilés le jour de la Toussaint.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la primaire à droite, le 20 octobre 2016 à Bordeaux (Gironde). (GEORGES GOBET / AFP)

"Un mandat pour agir." Dévoilée par son directeur de campagne, l'affiche de campagne d'Alain Juppé est sobre, voire austère. Il n'en a pas fallu davantage au community manager de Nicolas Sarkozy pour se hasarder à une petite blague de circonstance, mardi 1er novembre, en référence au calendrier : "Alain Juppé vous souhaite une belle Toussaint à tous ! #fairepartdedécès."

Le community manager de Nicolas Sarkozy a raillé l'affiche de campagne d'Alain Juppé, mardi 1er novembre, jour de la Toussaint, en la comparant à un faire-part de décès.  (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

"Chacun est libre de son interprétation, a expliqué Sacha Straub-Kahn, interrogé par le Huffington Post. Ce tweet n'engage que moi." Mais le community manager a tout de même effacé son message. Plusieurs utilisateurs ont jugé la plaisanterie de mauvais goût, à commencer par les soutiens d'Alain Juppé, qui n'ont pas tardé à réagir. "Très élégant", a commenté le directeur de campagne Gilles Boyer, tandis qu'Aurore Bergé, membre de l'équipe de campagne numérique, a ironisé sur "l'élégance, la finesse, l'intelligence" du tweet.


Sans aller jusqu'à la comparer à un faire-part de décès, la sémiologue Elodie Mielczareck n'a guère été convaincue par l'affiche d'Alain Juppé. "Le cadrage montre le haut du buste sur un fond uni, estime-t-elle dans le JDD. Le bleu, qui cadre l’affiche, n’est pas celui du drapeau français mais une couleur passée. Elle ressemble à une affiche des années 1980."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.