Prélèvement à la source : "Une catastrophe", alors que "la généralisation de la mensualisation réglerait tout"

Bruno Retailleau, le président du groupe Les Républicains au Sénat, estime qu'Emmanuel Macron doit renoncer au prélèvement à la source. Non seulement la réforme transforme les entreprises en "percepteurs" mais elle oblige les Français à faire "une avance de trésorerie" à l'État.

Le prélèvement à la source serait une \"catastrophe\", prédit Bruno Retailleau, le président du groupe Les Républicains au Sénat.
Le prélèvement à la source serait une "catastrophe", prédit Bruno Retailleau, le président du groupe Les Républicains au Sénat. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Le prélèvement de l'impôt à la source serait une "catastrophe", a déclaré samedi 1er septembre sur franceinfo Bruno Retailleau, le président du groupe Les Républicains au Sénat. Alors que le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin a évoqué sur France Inter la possibilité d'un "arrêt" de la réforme, Bruno Retailleau considère qu'Emmanuel Macron devrait renoncer.

Généraliser la mensualisation permettrait de tout régler

"Il y a une bonne intention, c'est que les Français puissent payer les impôts sur l'année même de leur salaire, et pas avec un décalage d'un an. Mais il ne faut surtout pas le prélèvement à la source, parce que c'est une catastrophe. La généralisation de la mensualisation permet de tout régler", a poursuivi Bruno Retailleau. "Mais voilà, Emmanuel Macron s'enferre. C'est de la petite technocratie", regrette-il.

Franchement, on aurait pu rêver mieux comme nouveau monde!Bruno Retailleau, le président du groupe Les Républicains au Sénatà franceinfo

Il prédit que "ce sera terrible, parce qu'on va transformer nos entreprises, notamment les plus petites, en percepteurs, et ce sera terrible pour les Français, qui feront une avance de trésorerie, sur leurs deniers, à l'État".