Sarkozy n'arrive pas à empêcher la chute des adhésions chez Les Républicains

Selon un dernier pointage réalisé le 15 septembre, le parti compte 175 900 adhérents, soit 3 100 de moins qu'il y a un an à la même date.

Des militants Les Républicains lors de l\'université d\'été du parti à La Baule (Loire-Atlantique), le 5 septembre 2015. 
Des militants Les Républicains lors de l'université d'été du parti à La Baule (Loire-Atlantique), le 5 septembre 2015.  (THIBAUT GODET / CITIZENSIDE.COM / AFP)

L'effet Sarkozy n'a pas eu lieu. Selon une information de France Info dévoilée le 22 septembre, le nombre d'adhérents aux Républicains est en baisse, dix mois après l'élection de l'ancien président de la République à la tête de l'ex-UMP. 

Selon un dernier pointage réalisé le 15 septembre, les adhérents sont au nombre de 175 900, soit 3 100 de moins qu'il y a un an à la même date. L'UMP comptait alors 179 000 militants encartés. "Il n'y a ni effet Sarko, ni effet changement de nom", reconnaît un membre de la direction, interrogé par la station de radio.

Sarkozy réclame un comptage par huissier tous les trimestres

Pourtant, l'ancien chef de l'Etat s'était engagé à doubler le nombre de militants encartés d'ici 2017. Désormais, le parti vise les 250 000 adhérents, plutôt que 300 000, et mise notamment sur une accélération des adhésions avec les élections régionales et la primaire à droite en 2016. 

Après ces révélations, Nicolas Sarkozy a réclamé que le nombre de militants soit certifié par huissier et publié tous les trimestres, selon les informations de RTL. Et ce, pour assurer une "transparence totale" sur la question.