Démission de Nicolas Hulot : les attaques de l'opposition

Après la démission de Nicolas Hulot mardi 28 août, l'opposition parle de la fin de l'illusion sur l'écologie. 

FRANCE 2

Nicolas Hulot démissionne, c'est une nouvelle occasion pour l'opposition d'attaquer Emmanuel Macron. La droite dénonce ainsi la politique du "en même temps" du président. Selon Laurent Wauquiez, "cette démission est le reflet des conséquences des ambiguïtés des politiques de Macron. Nicolas Hulot, je ne partage pas nécessairement ses opinions, mais je peux comprendre qu'il se sente trahi, comme aujourd'hui pas mal de Français, par des promesses fortes qui avaient été faites, et le sentiment qu'à l'arrivée ce n'est pas tenu".

"La macronie commence sa décomposition"

Dans un tweet, Jean-Luc Mélenchon voit le signe que "la macronie commence sa décomposition". Ce départ marque une clarification pour le Rassemblement national. Les amis écologistes de Nicolas Hulot eux, font la même analyse : celle de son impuissance. Pour Yannick Jadot, député européen EELV, "Emmanuel Macron l'a toujours cajolé dans les discours, dans la communication, mais il a cajolé le lobby des pesticides, là le lobby des chasseurs, là le lobby du pétrole ou du nucléaire".

Mais c'est la responsabilité de l'ex-ministre lui-même que pointe le socialiste Stéphane Le Foll : "Soyons objectifs, la campagne d'Emmanuel Macron ne s'est pas faite sur l'écologie, donc Nicolas Hulot ne peut pas découvrir un an après qu'il n'y avait pas d'engagement véritable sur l'écologie". Quant à Alain Juppé, il tente de prendre de la hauteur : "Ce départ de Nicolas Hulot peut être l'occasion d'une prise de conscience collective et au-delà de la prise de conscience, d'une action collective". Une démission qui, dans sa forme, a surpris la classe politique, même si elle semblait à terme inévitable.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, lors d\'une conférence de presse à Bologne (Italie), le 12 juin 2017.
Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, lors d'une conférence de presse à Bologne (Italie), le 12 juin 2017. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)