Le "guerrier" Manuel Valls se transforme en rassembleur rassurant

Le Premier ministre était sur France 2 dimanche soir. Pendant 40 minutes, il a notamment donné des précisions sur la loi Macron qu’il présentera mercredi avec son ministre de l’Economie. Manuel Valls a aussi voulu rassurer sur le pacte de responsabilité, ses relations avec François Hollande ou sa motivation à rester à Matignon.

(Manuel Valls était ce dimanche l'invité de France 2 © REUTERS | Charles Platiau)

 Manuel Valls "se hollandise ". L’expression est de l’UMP Luc Chatel  mais  il est vrai que le Premier ministre a montré dimanche soir sur France 2 un nouveau visage. Finies les déclarations d’amour aux patrons, terminées les attaques contre la gauche "passéiste". Cette fois-ci le ton était serein, posé, bref, rassurant. 

 Le Premier ministre a confirmé ce qu’il a déjà dit à ses amis parlementaires pour tordre le cou aux rumeurs qui le donne partant après la défaite annoncée des départementales de mars. "Je ne suis pas un déserteur ", a-t-il affirmé, et "je suis là pour assumer "  les responsabilités de Premiers ministre "jusqu'à la fin du quinquennat ", a-t-il dit.

A LIRE AUSSI | Manuel Valls n'a pas l’intention de quitter Matignon avant 2017 

Rassurant, Manuel Valls l’est aussi sur ses relations avec François Hollande, c’est l’accord parfait. "Nous nous parlons tous les jours, nous nous voyons régulièrement, nous gouvernons ensemble ce pays ", a-t-il dit. Et non il ne s’occupe pas du congrès du parti socialiste, même s’il cajole ses soutiens.

La semaine dernière au cours d’un apéro il leur a tenu un discours très agressif, c’était un guerrier qui partait au combat. Changement de ton donc dimanche soir : "Attention de ne pas utiliser des mots d'ailleurs trop guerriers. Le pays est tellement divisé que je ressens en même temps un désir de rassemblement et nous devons y répondre ", a-t-il déclaré.