LDH : "On comprend que le pouvoir n'aime pas les contre-pouvoirs", lance François Ruffin

Publié
Article rédigé par France Info
Radio France
Invité de franceinfo, jeudi, le député insoumis de la Somme François Ruffin estime que le gouvernement doit "accepter les contre-pouvoirs" et notamment celui que représente à son sens la Ligue des droits de l'Homme. Il évoque les récentes critiques de la LDH émises par la Première ministre et le ministre de l'Intérieur.

"On comprend que le pouvoir n'aime pas les contre-pouvoirs", a lancé le député Insoumis de la Somme François Ruffin jeudi 13 avril, sur franceinfo, au lendemain des déclarations d'Élisabeth Borne s'interrogeant au Sénat lors de la séance des questions au gouvernement, sur l'évolution et le rôle de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) sur l'islamisme ou les manifestations de Sainte-Soline, relayant les critiques de son ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. "J'ai beaucoup de respect pour ce que la LDH a incarné" mais "je ne comprends plus certaines de ses prises de position", a déclaré la Première ministre mercredi.

>> Le vrai du faux. La Ligue des Droits de l'Homme a-t-elle "défendu la burqa" et "attaqué un arrêté préfectoral qui interdit le port d'armes", comme l'affirme Aurélien Pradié ?

"La Ligue des droits de l'Homme est un contre-pouvoir", "un contre-pouvoir militant des droits de l'Homme" a réagi de son côté le député LFI, assurant que "le pouvoir" doit "accepter les contre-pouvoirs". Sinon, "à quoi va ressembler la République ?", s'est interrogé François Ruffin. Pour lui, le fait que l'association fondée en 1898 lors de l'affaire Dreyfus a attaqué un arrêté interdisant le transport d'armes par destination à Sainte-Soline (Deux-Sèvres), lieu d'affrontement entre forces de l'ordre et opposants aux méga-bassines "participe du débat public, ça le nourrit et le construit"

"Aller chercher la petite bête en disant "on ne vous donnera plus d'argent", [est une] manière minable de se comporter vis-à-vis d'une association"

François Ruffin, député insoumis de la Somme

à franceinfo

Gérald Darmanin avait déclaré lors de son audition sur le maintien de l'ordre devant le Parlement la semaine dernière que "la subvention donnée par l'Etat" à la LDH "mérite d'être regardée dans le cadre des actions qui ont pu être menées". Mercredi, devant les sénateurs, la cheffe du gouvernement a toutefois assuré qu'il n'était "pas question de baisser par principe la subvention de telle ou telle" association, réaffirmant son souhait de voir les organisations de défense des droits humains poursuivre "leur action de vigie".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.