Cet article date de plus d'un an.

Sainte-Soline : "Les conclusions de l'IGGN risquent de contribuer au discrédit qui pèse sur les corps d'inspection", estime la Ligue des droits de l'homme

Le président de la Ligue des droits de l'homme réagit sur franceinfo aux conclusions de l'IGGN après les tirs de LBD réalisés par des gendarmes sur des quads à Sainte-Soline le 25 mars. Des "conclusions rapides" selon Patrick Baudouin qui remet en cause l'utilisation du quad.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Face à face entre un gendarme et des manifestants opposés au projet de réserve d'eau à usage agricole à Sainte-Soline (Deux-Sèvres), le 29 octobre 2022. (PASCAL LACHENAUD / AFP)

"Les conclusions, peut-être un peu rapides, de l'IGGN risquent de contribuer au discrédit qui pèse souvent sur les corps d'inspection, que ce soit l'IGGN ou l'IGPN", craint mercredi 12 avril sur franceinfo Me. Patrick Baudouin président de la Ligue des droits de l'Homme. L'inspection générale de la gendarmerie nationale estime dans un rapport que deux tirs de LBD par des gendarmes depuis des quads lors de la manifestation anti-bassines à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) ont été effectués "en état de légitime défense". Le président de la LDH dénonce sur franceinfo ces conclusions.

>> Sainte-Soline : les tirs de LBD par deux gendarmes sur les quads ont été "réalisés dans le cadre de la légitime défense", conclut l'enquête de l'IGGN

Patrick Baudouin reconnaît que les gendarmes "se sont trouvés dans une situation extrêmement difficile" lors de la mobilisation à Sainte-Soline. Il juge "inacceptables" les "attaques menées par les black blocs". Mais le président de la LDH rappelle que "l'État est responsable du maintien de l'ordre" et qu'il doit donc "l'assurer dans des conditions respectueuses des droits et des libertés". "L'usage de la force doit être proportionné, il ne doit pas être excessif", lance-t-il. Or, Patrick Baudouin considère que cela n'a pas été le cas à Sainte-Soline.

"Les quads étaient une erreur, et équiper les gendarmes sur les quads de LBD était une deuxième erreur"

Me. Patrick Baudouin, président de la Ligue des droits de l'Homme

à franceinfo

Il qualifie de "contestable l'usage du quad lui-même" par les gendarmes. "Ça ne fait que créer la tension et aggraver les risques de violences", déplore-t-il. Pour le président de la Ligue des droits de l'Homme, "les gendarmes qui étaient sur les quads n'avaient pas le droit d'utiliser les LBD, or cela a été fait". Patrick Baudouin met donc en cause "le mécanisme même du maintien de l'ordre".

Patrick Baudouin espère que le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin pourra entendre "ces critiques faites sur le maintien de l'ordre à la française". Le président de la Ligue des droits de l'Homme insiste sur le fait que ces critiques "ne visent pas à envenimer les choses, mais à les apaiser".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.