Soupçons de fraude fiscale : le député LREM Thierry Solère placé en garde à vue

L'immunité parlementaire de l'élu des Hauts-de-Seine a été levée le 11 juillet dernier, dans le cadre d'une enquête judiciaire pour fraude fiscale et corruption.   

Le député LREM Thierry Solère à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 4 juillet 2017.
Le député LREM Thierry Solère à l'Assemblée nationale, à Paris, le 4 juillet 2017. (MARTIN BUREAU / AFP)

Thierry Solère a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine), mardi 17 juillet, dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de fraude fiscale, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information du Monde. Le député (LREM) des Hauts-de-Seine est visé depuis septembre 2016 par une enquête de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, après une plainte déposée par Bercy. Les enquêteurs le soupçonnent également de trafic d'influence, corruption, abus de biens sociaux, financement illicite de dépenses électorales et manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Le bureau de l'Assemblée nationale avait décidé, mercredi 11 juillet, de lever l'immunité parlementaire de Thierry Solère, à la demande du parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine). L'ancien membre des Républicains souhaitait lui-même cette levée d'immunité pour pouvoir "être entendu". "Je ne souhaite pas m'abriter derrière cette immunité", avait-il justifié dans une lettre au président de l'Assemblée, François de Rugy.

Selon Le Canard enchaîné, Thierry Solère aurait "omis de régler une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de la dernière année", alors qu'il était conseiller régional LR d'Ile-de-France. L'élu travaillait en parallèle comme conseiller stratégique dans le privé, "cumulant (...) son mandat parlementaire avec un poste (...) qui lui rapporte 12 000 euros par mois", avait également révélé Mediapart.