Cet article date de plus de trois ans.

Le nouveau porte-parole de LREM s'excuse après ses tweets insultants datant de 2013

Buzzfeed a révélé qu'entre 2012 et 2013, Rayan Nezzar avait multiplié les injures envers des journalistes et des responsables politiques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Capture du message publié par le nouveau porte-parole de La République en marche Rayan Nezzar (à gauche), jeudi 4 janvier 2018, pour annoncer sa nomination. (RAYAN NEZZAR / TWITTER)

Rayan Nezzar aurait sans doute rêvé meilleurs débuts dans ses nouvelles fonctions. Promu jeudi porte-parole de La République en marche, le professeur d'économie à l'université Paris-Dauphine a présenté ses excuses vendredi 5 janvier après la révélation par Buzzfeed de nombreux messages insultants publiés sur son compte Twitter alors qu'il était étudiant à l'ENA.

Le site d'information a ainsi relevé qu'entre 2012 et 2013, le jeune homme avait multiplié les injures envers des journalistes et des responsables politiques. En novembre 2012, il avait ainsi ainsi invité Jean-François Copé à "niquer [sa] mère" car il faisait du "populisme anti-Paris exactement comme Le Pen". La présidente du FN était par ailleurs qualifiée de "pute" dans un autre message datant de la campagne présidentielle de 2012.

Capture d'écran d'un ancien message publié sur Twitter par Rayan Nezzar, nouveau porte-parole de La République en marche. (CAPTURE D'ECRAN / BUZZFEED)

Dans d'autres captures d'écran d'ancien messages, publiées par Le Lab d'Europe 1, le nouveau porte-parole de LREM traite Valérie Pécresse de "pouffiasse", Alain Juppé de "fiotte", la journaliste et polémiste Caroline Fourest d'"épave", ou encore Manuel Valls de "suiviste" qui a "zéro couille".

Dans un autre tweet datant de juin 2013, il qualifie même Bruno Le Maire, désormais ministre de l'Economie et membre de LREM, de "guignol" sans "aucune cohérence".

Après la publication de l'article de Buzzfeed, l'intéressé a supprimé environ 6 700 messages de son compte Twitter, et a présenté ses excuses, expliquant regretter avoir "tenu des propos irréfléchis" lorsqu'il était étudiant.

Christophe Castaner, délégué général du parti de la majorité, n'a pas encore réagi à cette polémique. Mais François-Michel Lambert, député LREM des Bouches-du-Rhône, a demandé au patron du mouvement de "revenir sur [la] nomination" de Rayan Nezzar, qui "nuit à tout le monde et ne fera que renforcer le FN".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La République en marche - LREM

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.