Cet article date de plus d'un an.

Après le débat sur l'immigration, la députée du Nord Jennifer de Temmerman quitte le groupe LREM

La députée avait annoncé prendre du recul vis-à-vis de la majorité la semaine dernière, à la suite du vote de mesures sur la couverture santé des migrants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La députée du Nord Jennifer de Temmerman, lors de son arrivée à l'Assemblée nationale le 22 juin 2017 à Paris, à l'issue du second tour des élections législatives.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Elle dit avoir perdu espoir après le vote de mesures sur l'immigration. La députée de la 15e circonscription du Nord Jennifer de Temmerman a annoncé, mercredi 13 novembre, sur Twitter, son départ du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale. Dans un communiqué intitulé "Pourquoi je pars", l'élue justifie son choix de quitter la majorité, en "accord avec [ses] valeurs et celles de la circonscription" qu'elle représente. 

"Où est notre âme ? Où allons-nous ?"

La semaine dernière, à la suite du vote de mesures sur la couverture santé des migrants, Jennifer de Temmerman avait annoncé prendre du recul vis-à-vis du groupe majoritaire. Dans l'Hémicycle, s'opposant au vote de dispositions sur l'aide médicale d'Etat (AME), la députée avait interpellé ses collègues, demandant "Où est notre âme ? (...) Où allons-nous?". Jennifer de Temmerman continue de fustiger la mesure de restriction sur l'AME, qui "conforte les discours d'extrême droite".

Au-delà de la politique migratoire, elle affirme ne pas avoir "retrouvé le cap donné par notre Premier ministre (...) lors du premier discours de politique générale" ni "l'espérance que faisaient naître en [elle] les mots du président de la République Emmanuel Macron en 2017". Le groupe LREM à l'Assemblée nationale compte désormais 303 membres et apparentés, contre 313 au début de la législature.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La République en marche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.