Fête à Macron : le car-régie de Radio France pris pour cible par des personnes au visage masqué

Une cinquantaine de personnes, visages masqués, s'en sont pris au véhicule. Elles exigeaient le départ des journalistes.

Le véhicule-régie de Radio France, samedi 5 mai aux environs de la place de la Bastille à Paris.
Le véhicule-régie de Radio France, samedi 5 mai aux environs de la place de la Bastille à Paris. (RADIO FRANCE / NATHANAEL CHARBONNIER)

Le car-régie de Radio France a été pris pour cible, lors de la Fête à Macron à Paris, a indiqué le journaliste de franceinfo sur place.

Une cinquantaine de personnes au visage masqué s'en sont pris au véhicule stationné près de la place de la Bastille, et plusieurs vitres ont été brisées. Un fumigène a été jeté à l'intérieur. Ces personnes ont exigé le départ des journalistes. Les policiers sont ensuite venus pour sécuriser le véhicule.

Les images de vidéosurveillance étudiées

Le député La France insoumise François Ruffin est également venu et a discuté avec les forces de l'ordre pour voir comment faire partir le véhicule en toute sécurité.

Un policier qui intervenait pour sécuriser le véhicule a été blessé "sans gravité" par un jet de projectile. Il a été transporté à l'hôpital.

La PDG de Radio France, Sibyle Veil, a réagi sur Twitter : "Soutien aux collaborateurs de Radio France qui ont subi, cet après-midi, des violences. Je salue leur professionnalisme, leur courage et leur détermination pour informer au mieux les auditeurs."

La préfecture de police de Paris indique que les images de vidéosurveillance sont en train d'être étudiées, "à des fins judiciaires".

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a condamné fermement cette "attaque" : "Quand certains s'attaquent à la presse, il n'y a plus de limites", a-t-il déclaré à l'AFP depuis la préfecture de police.

Huit personnes ont été interpellées lors de "La Fête à Macron" ce samedi après-midi à Paris, indique la préfecture de police dans un communiqué. Parmi elles figure une personne soupçonnée d'avoir participé à la dégradation du car-régie. Cette dégradation est le "seul incident sérieux" à signaler lors de cette manifestation, selon la préfecture.