Comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon : Sophia Chikirou de nouveau entendue par les policiers

La dirigeante de la société de communication Mediascop est au cœur d'une enquête préliminaire du parquet de Paris. Elle est soupçonnée d'avoir surfacturé ses prestations auprès du candidat Mélenchon durant la campagne présidentielle de 2017.

Sophia Chikirou, directrice de la campagne présidentielle de 2017 de Jean-Luc Mélenchon, le 25 juin 2017 lors d\'une conférence de presse à Paris.
Sophia Chikirou, directrice de la campagne présidentielle de 2017 de Jean-Luc Mélenchon, le 25 juin 2017 lors d'une conférence de presse à Paris. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

La conseillère en communication de Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou, a de nouveau été entendue lundi 22 octobre après-midi à Nanterre (Hauts-de-Seine), a indiqué son avocat. Son audition avait été entamée vendredi, dans l'enquête sur les comptes de campagne présidentielle de La France insoumise (LFI).

"Nous avons commencé par déposer plainte, certains 'journalistes' ayant déjà eu accès à la procédure, en violation du secret de l'enquête, a déclaré son avocat, David Marais. Puis ma cliente a repris ses explications. C'est long car nous voulons être le plus précis et exhaustifs possible, elle n'a rien à se reprocher donc rien à cacher."

"Ces accusations sont fausses"

La dirigeante de la société Mediascop est au cœur de cette enquête, car elle est soupçonnée d'avoir surfacturé ses prestations auprès du candidat Mélenchon, dont elle était la directrice de communication lors de la campagne de 2017. Cette enquête préliminaire du parquet de Paris avait été ouverte notamment après avoir reçu en mars un signalement de "surfacturations" relevées par la Commission des comptes de campagne (CNCCFP). "Toutes ces accusations sont fausses, elles reposent sur des chiffres tronqués ou mal compris", avait déclaré vendredi David Marais.

La CNCCFP, qui a validé fin 2017 les comptes des onze candidats malgré certaines dépenses retranchées (434 939 euros sur 10,7 millions déclarés concernant Jean-Luc Mélenchon), avait justifié ce signalement par des "interrogations", notamment sur les dépenses facturées par Mediascop et par l'association l'Ere du peuple. Guy de Chalvron, l'un des rapporteurs de la Commission, avait démissionné à l'automne 2017 pour marquer son désaccord avec la validation des comptes de campagne de LFI.