"Un mec super ouvert qui s’occupe bien de sa ville" : Jean Castex, énarque et maire rural plébiscité par ses administrés

Jean Castex n'est pas qu'un haut fonctionnaire. Le nouveau Premier ministre est aussi un élu local, maire LR de Prades, commune de 6 000 habitants située près de Perpignan.

Jean Castex succède le 3 juillet 2020 à Édouard Philippe au poste de Premier ministre.
Jean Castex succède le 3 juillet 2020 à Édouard Philippe au poste de Premier ministre. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Nommé Premier ministre vendredi 3 juillet par Emmanuel Macron, Jean Castex, le "Monsieur déconfinement" du gouvernement, a également construit sa carrière politique localement. Parachuté dans les Pyrénées-Orientales en 2008, il s’y est progressivement et durablement implanté en tant que maire de la commune de Prades.

>> Cinq choses à savoir sur Jean Castex, le "monsieur déconfinement" du gouvernement

Jean Castex, le Gersois de droite, a su se faire apprécier en terres catalanes, traditionnellement de gauche. "Moi, je ne suis pas de droite, absolument pas", explique Saï, installé à la terrasse d’un café. Mais franchement, admet-il, pour un maire de droite, il ne se démerde pas trop mal !"  Karim, le patron de l’établissement, semble d’accord avec ce qu’il vient d’entendre : "Comme mon client le disait, c’est un mec de droite mais qui s’occupe bien de sa ville. C’est un mec assez droit et très intelligent, un mec super ouvert avec les Pradéens, qui prend le temps le samedi matin pour rencontrer les gens", raconte ce commerçant. 

Il a fait pas mal de choses ici.Karim, commerçant à Pradesà franceinfo

Et parmi les réalisations de Jean Castex ici à Prades, la création d’une crèche, d'un skatepark pour les jeunes, des rénovations de bâtiments. Autant de tentatives pour redynamiser la ville, selon Sandrine, une habitante. "Il y a aussi le réaménagement des rues, des trottoirs. Il a essayé de remettre en vie le cœur de la ville", dit-elle.

C'est quelqu'un avec qui on peut discuter, qui est très proche de sa population… C’est un très bon maire.Sandrine, habitante de Pradesà franceinfo

Finalement à Prades, les détracteurs à "Monsieur le maire" se font rares. Pour trouver des mécontents, il faut voir du côté de l’opposition municipale. François Picq a, par exemple, été élu pendant six ans à la mairie, et il n’a pas été convaincu. "Il a fait du bitume, du béton. Le côté environnemental lui échappe complètement", déplore-t-il, prenant pour exemple des arbres que le maire a décidé "d’éliminer parce qu’ils le gênaient".

C'est un énarque, c'est un comptable.François Picq, ancien élu d'oppositionà franceinfo

"Je l'ai vu en conseil municipal reprendre le comptable de la communauté de communes. C'est vraiment quelqu'un qui suit les comptes, poursuit François Picq. Après, il faut voir si derrière l'argent il y a de l'humain ou de l'avenir pour la société", s'interroge l'opposant. Et selon lui, "ce n'est pas le cas". Mais il faut croire que ce côté bon gestionnaire a plu ici à Prades, où Jean Castex a été réélu en mars dernier pour un troisième mandat dès le premier tour avec plus de 75% des voix.