"Séparatismes" : Jean-Yves Le Drian demande "des gestes forts" en matière d'égalité des chances

Le ministre des Affaires étrangères en a fait la demande vendredi, lors d'une table-ronde dématérialisée du mouvement "Territoires de progrès".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le 22 octobre 2020 à Tunis (Tunisie). (FETHI BELAID / AFP)

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a appelé vendredi 11 décembre à ce que le projet de loi contre l'islamisme radical s'accompagne de "gestes forts" en matière d'égalité des chances afin "de lever toute ambiguïté par rapport aux musulmans de France"

"Le projet de loi confortant les principes de la République va nous donner des outils nouveaux" pour lutter contre l'islamisme radical, s'est félicité le ministre des Affaires étrangères lors d'une table-ronde dématérialisée du mouvement "Territoires de progrès". En parallèle de ce texte, présenté mercredi en Conseil des ministres et attendu début 2021 à l'Assemblée, "il est indispensable que des efforts soient faits en faveur de l'égalité des chances", notamment "en matière d'éducation et de rénovation urbaine", a plaidé Jean-Yves Le Drian. Selon lui, favoriser l'apprentissage de l'arabe à l'école "est un signe", mais il affirme qu'il "doit y en avoir d'autres".

L'aile gauche du gouvernement pourrait pousser dans ce sens

Lorsque Emmanuel Macron avait dévoilé les contours de sa stratégie contre le séparatisme début octobre "l'égalité des chances" figurait parmi les axes forts de son discours. Le projet de loi n'explore quasiment pas cette thématique, l'exécutif renvoyant à des mesures prises plus tard, et pas forcément de nature législative.

Mais l'aile gauche de la majorité pourrait pousser pour une accélération et une amplification de ces dispositions, à l'image donc du chef de la diplomatie française, qui a cofondé avec le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt le mouvement "Territoires de progrès".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.