REPLAY. Revivez le discours et les annonces d'Emmanuel Macron sur les "séparatismes" et la laïcité

Le chef de l'Etat a présenté les grandes lignes de la stratégie "La République en actes", qui vise à la fois à "défendre la République et ses valeurs et à lui faire respecter ses promesses d'égalité et d'émancipation".

Ce qu'il faut savoir

Depuis la ville des Mureaux, dans les Yvelines, Emmanuel Macron a présenté vendredi 2 octobre son plan d'action pour lutter contre les "séparatismes". Le chef de l'Etat a dévoilé les grandes lignes de la stratégie "La République en actes", qui vise à la fois à "défendre la République et ses valeurs et à lui faire respecter ses promesses d'égalité et d'émancipation", selon l'Elysée. Un projet de loi sera débattu en Conseil des ministres le 9 décembre puis discuté au Parlement au premier semestre 2021.

Nouvelles règles pour l'école. L'instruction scolaire à domicile sera, à partir de la rentrée 2021, "strictement limitée, notamment aux impératifs de santé". Elle deviendra donc obligatoire au sein de l'école dès l'âge de 3 ans.

L'obligation de "neutralité" étendue aux délégataires du service public. "L'obligation de neutralité sera applicable aux agents publics dans le cadre, évidemment, de leur action. Mais surtout, elle sera étendue aux salariés des entreprises délégataires, ce qui n'était pas clairement le cas jusqu'alors", a annoncé le président.

Fin du système des "imams détachés" formés à l'étranger. "Nous allons nous mêmes former nos imams et palsmodieurs en France, et donc nous devons détacher ce lien qui est celui qu'on nomme de l'islam consulaire", a détaillé le chef de l’Etat. Les imams seront formés avec des formations labellisées, devront être certifiés et devront signer une charte dont le non-respect entraînera leur révocation.

Un "plan de relance" pour l'émancipation "de nos quartiers". Le président de la République a annoncé qu'une partie du plan de relance sera consacrée "à ces quartiers de la République". "Arrêtons de traiter une partie de notre jeunesse ou de nos citoyens comme des consommables ou au fonds des simples récipiendaires de politiques publiques. Ils veulent le faire, ils veulent l'excellence. Ils veulent qu'on leur laisse la chance de réussir", a-t-il ajouté.

Les motifs de dissolution des associations étendus. Jusqu'ici, ces motifs étaient "très limités, limités aux faits de prisme, de racisme et d'antisémitisme". "Ils seront étendus à d'autres motifs, comme les faits d'atteinte à la dignité de la personne ou de pressions psychologiques ou physiques", a révélé Emmanuel Macron.

Accentuation de la lutte contre la radicalisation. "Dès la fin 2017, des plans de lutte contre la radicalisation impliquant l'ensemble de l'Etat ont été déployés à bas bruit dans 15 quartiers de manière extrêmement confidentielle, pour avoir des méthodes les plus efficaces", a assuré le président.

"Nous avons nous-même construit notre propre séparatisme." "C'est celui de nos quartiers, c'est la ghettoïsation que notre République a laissé faire, a déclaré le président lors de son discours. Nous avons concentré la population en fonction de leurs origines, de leurs milieux sociaux." 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live

15h10 : Le match du troisième tour entre Hugo Gaston et le Suisse Stan Wawrinka a été interrompu par la pluie au 3e set, à l'heure où les deux joueurs étaient à égalité (2-2) après avoir remporté chacun une manche. Le Suisse a remporté le premier set 6-2, le Français la seconde, 6-3. Le match sur le court Simonne-Mathieu entre l'Italien Lorenzo Sonego et l'Américain Taylor Fritz a également été interrompu.

14h54 : Depuis 22 heures hier soir, les pompiers du Morbihan ont mené 428 interventions, pour des chutes d'arbres, des assèchements ou encore des câbles électriques au sol. La gendarmerie a quant à elle mené 28 interventions pour des obstacles sur les voies et cinq accidents de la route, qui n'ont heureusement fait que des blessés légers. La police enregistre enfin 16 interventions dans le département.

14h49 : Pas moins de 45 000 foyers sont toujours privés d'électricité dans le Morbihan, annonce la préfecture dans un communiqué en ce début d'après-midi. Pour rétablir la situation, 250 techniciens d'Enedis et 100 techniciens prestataires sont actuellement en intervention, et le département attend le renfort de techniciens d'autres régions.

14h52 : "La laïcité, ça ne veut pas dire que la société doit effacer toute trace de religion." A l'issue de son discours sur les "séparatismes", le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a été interrogé sur le port du voile. Voici ses propos à ce sujet :

(FRANCEINFO)

14h35 : Voici les contenus que vous consultez le plus actuellement sur franceinfo :

• Notre replay du discours d'Emmanuel Macron, ce midi aux Mureaux (Yvelines), dévoilant les grandes lignes de son plan d'action pour lutter contre les "séparatismes".

• Notre article sur la condamnation de "tous les suprémacistes blances" par Donald Trump, après son refus de le faire lors du débat avec son rival démocrate, Joe Biden.


• Notre article vous annonçant que le président américain a été testé positif au Covid-19.

14h52 : Envie d'acquérir un animal de compagnie ? C'est peut-être l'occasion ce week-end avec l'Animal Expo qui a lieu au Parc Floral de Paris, situé dans le bois de Vincennes. Ce salon dédié aux animaux de compagnie présentera de nombreuses races de chiens, de chats, des petits mammifères (lapins, hamsters) ou encore des dizaines d'espèces de poissons... En tout cas, si vous vous laissez tenter, réfléchissez bien avant : ce n'est pas une décision à prendre à la légère. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS VIA AFP)

14h24 : La capitale de l'enclave séparatiste du Haut-Karabakh, Stepanakert, a été frappée aujourd'hui par les forces azerbaïdjanaises, les bombardements faisant "de nombreux blessés parmi la population civile" et des dégâts matériels, d'après le ministère de la Défense arménien. Des sirènes d'ambulances résonnaient dans la ville, où plusieurs explosions ont été entendues lors des dernières heures, d'après un correspondant de l'AFP.

14h22 : "Enfin, un discours à la hauteur des enjeux." Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l'Islam de France, fait part à franceinfo de sa "satisfaction" après le discours d'Emmanuel Macron sur la lutte contre les "séparatismes", ce matin aux Mureaux (Yvelines). Retrouvez son interview ici.

Ghaleb Bencheikh, le 29 aout 2016, à Paris.


(MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)

14h11 : Le vice-président américain, Mike Pence, a été testé négatif au Covid-19 ainsi que sa femme, après l'annonce du test positif de Donald Trump et de son épouse Melania Trump.

14h05 : 14 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

Emmanuel Macron a présenté ce matin les grandes lignes du plan de lutte contre les "séparatismes" lors d'un discours aux Mureaux (Yvelines). Il a notamment annoncé la fin de la formation des imams et psalmodieurs en Turquie, au Maroc et en Algérie, ainsi que la limitation de l'instruction à domicile "aux impératifs de santé", dès la rentrée prochaine.


Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a ouvert hier une discussion sur l'ouverture des restaurants dans les zones d'alerte maximale. Prise de température à l'entrée, cahiers de rappel pour tracer les contacts... Voici ce que propose la profession pour maintenir les restaurants ouverts.

• Le président américain Donald Trump a annoncé à l'aube qu'il avait été testé positif au Covid-19, tout comme sa femme Melania, et qu'il se mettait en quarantaine.

• Paris met en garde l'Azerbaïdjan, allié de la Turquie, et l'Arménie contre une "internationalisation du conflit" autour de l'enclave séparatiste du Haut-Karabakh, et contre le risque d'une "escalade hors de contrôle".

13h59 : Nice et Lille sont fixés sur leur sort. Les deux clubs français engagés en Ligue Europa connaissent désormais le nom de leurs adversaires en phase de poules, après le tirage qui vient d'avoir lieu à Nyon (Suisse).

L'OGC Nice affrontera le Bayer Leverkusen, le Slavia Prague et l'Hapoel Beer Shiva dans le groupe C. Le Losc se frottera au Celtic Glasgow, à l'AC Milan et au Sparta Prague dans le groupe H.

13h56 : Dominic Thiem, l'un des favoris du Grand Chelem parisien, s'est imposé face à Casper Ruud en trois sets (6-4, 6-3, 6-1) et se qualifie ainsi pour les huitièmes de finale. Vous pouvez suivre la sixième journée du tournoi parisien en direct avec francetv sport.

13h53 : Les deux journalistes du Monde blessés hier dans la région séparatiste du Haut-Karabakh, où des combats font rage entre Azerbaïdjanais et Arméniens, sont "en cours d'évacuation" vers la France, a indiqué aujourd'hui le ministère français des Affaires étrangères. "Ils ont quitté Stepanakert [capitale de l'enclave du Haut-Karabakh] et sont en cours d'évacuation", a-t-on indiqué au Quai d'Orsay, sans plus de précisions. La France avait envoyé un avion sanitaire pour les évacuer.

13h52 : Bonjour @maman maîtresse, le président a annoncé tout à l'heure, lors de son discours sur la lutte contre les "séparatismes", que dès la rentrée prochaine, "l'instruction à l'école sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans" et "l'instruction à domicile sera strictement limitée, notamment aux impératifs de santé". Le chef de l'Etat entend ainsi lutter contre la déscolarisation de certains élèves pour des motifs confessionnels.

13h49 : Emmanuel Macron annonce la fin de l'instruction à domicile pour 2021 ?

13h53 : Tareq Oubrou, grand imam de la mosquée de Bordeaux, réagit auprès de franceinfo après l'annonce, par Emmanuel Macron, de la fin de la formation des imams à l'étranger. "Techniquement parlant cela va être assez difficile", estime-t-il.

Tareq Oubrou, le 17 octobre 2019, à Saint-Cloud.

(JACQUES DEMARTHON / AFP)

13h36 : Près de 600 bâtiments historiques sont aujourd'hui en péril à Beyrouth, en raison des explosions qui ont ravagé des quartiers entiers de la capitale libanaise le 4 août dernier. Franceinfo a rencontré Lynn Tehini, co-fondatrice du collectif Beirut Heritage, qui se bat pour la survie de ces édifices :

(FRANCEINFO)

13h31 : Vous avez vu circuler une information qui vous interpelle et vous doutez de sa véracité ? Signalez-la dans les commentaires avec le mot-dièse #VRAIOUFAKE, nous tenterons de la vérifier.

Pretend Seth Meyers GIF by Late Night with Seth Meyers

13h42 : Que feront ces étudiants mobilisés pour renforcer la lutte contre le Covid-19 au sein de l'AP-HP ? Dès lundi, "ils rejoindront les équipes de Covidom [une plateforme téléphonique de suivi des malades peu graves], de l'HAD [hospitalisation à domicile] ou des EOH [équipe opérationnelle d'hygiène], au lieu des services hospitaliers initialement prévus", peut-on lire dans un courriel consulté par franceinfo. Ils seront par exemple mobilisés dans les aéroports, pour faire des tests PCR, ou nettoieront les locaux hospitaliers.

13h20 : Un collectif d'étudiants infirmiers de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) dénonce aujourd'hui dans un communiqué la mobilisation de 440 des leurs pour renforcer le dispositif de lutte contre le Covid-19. "Nous ne sommes pas une main d'œuvre au rabais", commente auprès de franceinfo l'une des étudiantes dénonçant cette mobilisation. Plus d'informations dans notre article.

Un test PCR, le 15 septembre 2020 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

(ALAIN JOCARD / AFP)

13h21 : Dans un communiqué, le préfet du Var annonce la fermeture des établissements scolaires de l'est du département dès 14 heures cet après-midi. Au total, 51 communes sont concernées par ces fermetures, dont Draguignan, Saint-Raphaël, Fréjus, Saint-Tropez ou encore Ramatuelle. La préfecture appelle aussi la population à différer ses déplacements et à ne pas s'engager en voiture ou à pied sur une route inondée. "30 cm d'eau suffisent pour emporter une voiture", prévient-elle.

13h06 : Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a ouvert hier une discussion sur l'ouverture des restaurants dans les zones d'alerte maximale au Covid-19. Prise de température à l'entrée des établissements, cahiers de rappel pour tracer les contacts... Dans cet article, nous revenons sur les propositions de la profession pour maintenir les restaurants ouverts.

Des personnes déjeunent au restaurant La Coupole à Paris, le 15 juin 2020.


(ALAIN JOCARD / AFP)

13h30 : Sur le plateau de franceinfo, Pascal Brindeau, député UDI du Loir-et-Cher, constate à l'issue du discours d'Emmanuel Macron qu'il y a un "décalage" entre les positions actuelles du chef de l'Etat sur "les séparatismes" et celles qu'il défendait auparavant. "Le nouveau discours du président de la République n'était pas le sien avant l'élection et depuis 2017", estime l'élu.

12h54 : Paris met en garde l'Azerbaïdjan, allié de la Turquie, et l'Arménie contre une "internationalisation du conflit" autour de l'enclave séparatiste du Haut-Karabakh, et contre le risque d'une "escalade hors de contrôle". "J'ai alerté mes interlocuteurs sur la menace que représenterait une internationalisation du conflit", a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, après des entretiens téléphoniques avec ses homologues arménien et azerbaïdjanais.

12h51 : Invitée de franceinfo, Danièle Obono, députée La France insoumise de Paris, dénonce dans le discours du chef de l'Etat une "stigmatisation des musulmans, de l'islam". "Il a parlé les trois-quarts du temps de pratiques confessionnelles musulmanes", regrette-t-elle.

12h45 : Au sujet des jeunes femmes portant le voile "en référence à un projet politique", Emmanuel Macron estime qu'"il ne faut pas attraper le sujet par le voile" "Il faut lui interdire ce qui est incompatible avec nos règles" en se penchant plutôt sur "les discours qu'elle mène, l'association où elle oeuvre", "et faire ce travail de conviction : est-ce que c'est vraiment ton choix ?".

12h42 : Concernant les femmes portant librement le voile, par choix personnel, "qui suis-je pour lui dire qu'elle n'aurait pas les mêmes droits qu'une autre citoyenne ?", s'interroge le chef de l'Etat. "Si je fais ça, je commets une faute si elle l'a librement choisi." "À côté de ça, il peut y avoir la même jeune fille qui met le voile en référence à un projet politique", pour "en convaincre d'autres", poursuit le chef de l'Etat. "Je ne peux pas m'attaquer à cela par une loi qui toucherait les deux" cas de figure.

12h36 : Emmanuel Macron est interrogé sur le débat autour du port du voile. "Nos enfants et nos élèves, pas de voile. Ni les enseignants ni les enfants, aucun signe ostentatoire qui renvoie aux religions", rappelle-t-il. Mais "quand on quitte l'école, dans la vie, on peut porter des signes religieux. La laïcité, ça n'est pas l'effacement" des signes religieux, insiste le chef de l'Etat.

12h28 : Emmanuel Macron a tout à l'heure répondu à une question d'un journaliste de CNews, lui demandant si ce projet de loi luttant contre les "séparatismes" n'était pas, "finalement", un projet de loi visant d'abord l'islamisme radical. Voici sa réponse :

12h47 : "Vous avez des milliers d'enfants déscolarisés, parce que les parents ne veulent plus qu'ils aillent dans l'école de la République."

Le chef de l'Etat répond à une question sur l'instruction à domicile, qui sera "strictement limitée, notamment aux impératifs de santé" dès la rentrée prochaine, pour lutter contre la déscolarisation d'enfants pour des motifs confessionnels. "Aujourd'hui, l'Education nationale n'a pas vraiment de moyen de contrôler l'évolution de cet enfant, s'inquiète-t-il, sur le plan de ce qu'on apprend à l'école, de l'ouverture à l'autres, des valeurs de la République."

12h48 : "Si on veut réussir ce projet, tout le monde doit être engagé. Dans une quasi totalité, nos élus aiment la République. Est-ce qu'il y a parfois des choses qui ne vont pas ? Oui."

Le président français est interrogé sur l'action des maires dans la lutte contre les "séparatismes", et la responsabilité de certains élus locaux dans ces problématiques. Emmanuel Macron propose de "donner des moyens aux élus" pour lutter contre ces problèmes, et de faire intervenir les préfets dans les (rares) cas où certains élus mèneraient des actions contraires à cette lutte.

12h48 : Le chef de l'Etat est interrogé sur la lutte contre le terrorisme islamiste, et l'évolution de cette menace dans le pays. Emmanuel Macron salue une "organisation efficace pour lutter contre le terrorisme islamiste et conforme aux lois de la République". "Nous avons vécu plusieurs années en état d'urgence. (...) On va vivre durablement avec ce risque, sans contrevenir avec les principes républicains", poursuit-il. "On a beaucoup avancé, et beaucoup avait été fait avant."

12h04 : Dans le plan de relance, il y aura "des changements profonds pour permettre à nos quartiers de mener les projets éducatifs, culturels et entrepreneuriaux" souhaitables dans ces territoires, et de "réussir la transition numérique et environnementale", promet Emmanuel Macron.

12h04 : Bonjour à toutes et à tous ! Nous sommes ensemble jusqu'à 18 heures pour continuer de suivre l'actualité, marquée par le discours d'Emmanuel Macron dévoilant son plan de lutte contre les "séparatismes".

12h03 : Je vous laisse désormais en compagnie de ma collègue Valentine Pasquesoone, qui vous accompagnera jusqu'à 18 heures. Bon après-midi sur franceinfo !

12h03 : "Je ne céderai rien à ceux qui veulent diviser, dans un sens ou dans l'autre."



12h49 : #MACRON "Plus nos ennemis chercheront à nous opposer, plus nous serons rassemblés. Plus ils chercheront à nous détruire, plus nous ferons bloc. Plus ils chercheront à faire vaciller nos valeurs, plus nous serons intransigeants."

12h49 : Voici le point sur l'actualité :

• Le projet de loi de lutte contre les séparatismes sera présenté le 9 décembre prochain en Conseil des ministres, a annoncé Emmanuel Macron lors d'un discours aux Mureaux, dans les Yvelines. Suivez la fin de cette intervention en direct avec nous.

• Le président américain Donald Trump a annoncé à l'aube qu'il avait été testé positif au Covid-19, tout comme sa femme Melania, et qu'il se mettait en quarantaine.

• Une rafale enregistrée à 186 km/h à Belle-Ile-en Mer, une autre à 157 km/h à Groix : après une première partie de nuit en vigilance rouge, le Morbihan a été vigoureusement bousculé par la tempête Alex. Deux départements bretons restent placés en vigilance orange. Dans le Sud et l'Est, onze autres départements restaient en vigilance orange pour orages ou pluie et inondation et les Alpes-Maritimes ont été placées dans la nuit en vigilance rouge, en raison d'un risque d'inondation élevé.

• Une course contre la montre a démarré pour les restaurateurs, sommés de renforcer encore leur protocole sanitaire pour avoir une chance de rester ouverts dans les zones en "alerte maximale". A 11h45, les patrons de restaurants, hôtels, cafés, brasseries, traiteurs, bars et discothèques étaient appelés par la principale organisation patronale du secteur à "faire du bruit" devant la porte de leurs établissements, un brassard noir au bras.

11h57 : "Notre horizon est simple : c'est assurer une présence républicaine au bas de chaque tour, au bas de chaque immeuble, là où nous avions reculé."

11h55 : Le chef de l'Etat évoque désormais le cinquième et dernier axe de sa stratégie : "la République qui revient et qui reprend un sens", avec une hausse de moyens pour les services publics dans les territoires.

11h56 : "Nous devons davantage enseigner la langue arabe à l'école ou dans un périscolaire que nous maîtrisons. Il faut sur ce sujet sortir de l'hypocrisie dans laquelle nous sommes : il y a plus de 60 000 jeunes aujourd'hui qui vont l'apprendre dans des associations, parfois pour le pire."

11h49 : Un label de formation des imams en France va être mis en place, avec des certifications et "une charte dont le non-respect entraînera révocation", indique Emmanuel Macron. Ce travail incombera au Conseil français du culte musulman.

11h48 : "Nous allons installer un dispositif anti-putsch très robuste dans la loi, qui permettra d'éviter que [certains] protagonistes n'utilisent les faiblesses de nos propres règles pour venir prendre le contrôle des associations cultuelles et des mosquées."

11h42 : #MACRON "Nous avons décidé de mettre fin" à la formation des imams et des psalmodieurs en Turquie, au Maroc et en Algérie "de manière totalement apaisée avec ces pays sur quatre ans en moyenne", annonce Emmanuel Macron.

11h37 : "Il nous faut aider cette religion dans notre pays à se structurer pour être un partenaire de la République."

Le quatrième axe énoncé par Emmanuel Macron "consiste à bâtir enfin un islam en France qui puisse être un islam des Lumières". "Lorsque la loi de 1905 a été votée, l'islam n'était pas une religion si présente dans notre pays", justifie le chef de l'Etat.

11h34 : "Les écoles hors contrat feront l'objet d'un encadrement encore renforcé (...) sur le parcours des personnels, le contenu pédagogique des enseignements, l'origine des financements."

11h37 : #MACRON "Dès la rentrée 2021, l'instruction à l'école sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans. L'instruction à domicile sera strictement limitée, notamment aux impératifs de santé", annonce Emmanuel Macron.

11h38 : "L'école est notre trésor collectif. C'est ce qui permet dans notre société de bâtir ce qu'est la République. Or, là aussi, nous avons vu des dérives, nous voyons des contournements et nous avons un combat à aujourd'hui."

Emmanuel Macron évoque désormais le "troisième pilier" de sa stratégie, consacré à l'école. Il cite le cas de parents d'élèves interdisant à leurs enfants d'assister aux cours de musique ou encore de participer à des sorties à la piscine.

11h39 : "Les motifs de dissolution d'associations, jusque-là très limités, seront étendus à d'autres motifs, comme les faits d'attenter à la dignité de la personne ou à la présence de pressions psychologiques ou physiques."