Remaniement : Jean Castex "assume totalement" la nomination à l'Intérieur de Gérald Darmanin, accusé de viol

La cour d'appel de Paris a ordonné début juin la reprise des investigations sur les accusations de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance portées contre Gérald Darmanin. 

Le ministre de l\'Intérieur, Gérald Darmanin, lors du premier Conseil des ministres du gouvernement de Jean Castex, le 7 juillet 2020 à Paris. 
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, lors du premier Conseil des ministres du gouvernement de Jean Castex, le 7 juillet 2020 à Paris.  (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Pas de regrets, malgré les protestations. Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, affirme mercredi 8 juillet assumer "totalement" la nomination de Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur, malgré l'enquête pour viol le visant et les manifestations lors de sa passation de pouvoirs, mardi. 

"J'assume totalement cette désignation, [Gérald Darmanin] a droit comme tout le monde à la présomption d'innocence", a expliqué le chef du gouvernement sur BFMTV. Le Premier ministre a assuré que Gérald Darmanin n'aurait pas été nommé "si, en [son] âme et conscience, ayant regardé le sujet, [il] avai[t] eu le moindre doute, la moindre interrogation". 

"Pour des raisons politiques et aussi personnelles, tout ce qui touche aux violences intraconjugales, aux questions de viol, [lui] est particulièrement cher", a-t-il toutefois insisté. 

Reprise de l'enquête

La cour d'appel de Paris a ordonné début juin la reprise des investigations sur les accusations de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance portées contre Gérald Darmanin. 

L'enquête avait dans un premier temps été classée. "Il y a déjà eu sur ces mêmes faits des actes d'instruction qui ont été clairement des actes de rejet", a fait valoir Jean Castex mercredi. 

Entendu à l'époque en audition libre, Gérald Darmanin avait confirmé avoir eu une relation sexuelle avec la plaignante, mais, selon lui, librement consentie.