Discours du 14 juillet : une majorité de Français pas convaincue par Emmanuel Macron, selon notre sondage

D'après le sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié ce jeudi, 54% des interrogés disent ne pas avoir été convaincus par l'entretien télévisé du chef de l'État. Le port du masque obligatoire est, de son côté, approuvé par plus de huit Français sur dix. 

L\'interview d\'Emmanuel Macron le 14 juillet n\'a pas convancu les Français (sondage Odoxa pour franceinfo)
L'interview d'Emmanuel Macron le 14 juillet n'a pas convancu les Français (sondage Odoxa pour franceinfo) (DENIS CHARLET / AFP)

Si l'interview d'Emmanuel Macron le 14 juillet a été suivie d'une manière ou d'une autre (en intégralité, en partie ou via des commentaires) par sept Français sur dix (71%), le chef de l'Etat n'a pour autant pas emporté leur adhésion. Une majorité de ces Français (54%) n'a pas été convaincue par le président de la République. C'est ce qui ressort du sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi.    

En dehors de son allocution du 16 mars pour annoncer le confinement, qui avait convaincu 65% des Français, Emmanuel Macron peine à obtenir une adhésion franche. Ses propos du 14 juillet n'ont convaincu que ses propres sympathisants. 88% des Marcheurs lui apportent leur soutien. Dans l'opposition, le courant ne passe toujours pas. 53% des proches de LR n'ont pas été convaincus. Les deux tiers des Insoumis (66%), des proches du PS (65%) et des EELV (66%) n'ont pas été séduits non plus. Et 84% des RN n'ont pas adhéré aux déclarations du chef de l'Etat.    

Emmanuel Macron ne rassure pas

Si Emmanuel Macron peine à convaincre, c'est qu'il ne dit pas la vérité. C'est le sentiment de six personnes interrogées sur dix (63%). Il n'a pas été perçu non plus comme rassurant (62%). Les Français sont également très partagés sur le cap fixé par le président. 52% pensent qu'il ne savait pas où il allait. Un Français sur deux (50%) pense qu'il a su faire preuve d'humilité et de modestie, et 48% estiment qu'il comprenait leurs préoccupations. S'il a eu le mérite de la clarté, pour 54% des personnes interrogées, Emmanuel Macron n'a pas réussi à faire passer l'idée qu'il avait changé. Les trois quarts des Français (74%) n'ont pas vu ce changement. Là encore, sur tous ces critères, seuls les proches de LREM donnent quitus au président de la République.    

Le 14 juillet, Emmanuel Macron a également assuré qu’il garderait le cap qu’il s’était fixé mais qu’il comptait changer de méthode en accordant plus de place à l’écoute et au dialogue social et en associant davantage à l’avenir les élus et les syndicats. Sur ce point là encore, les Français ne le croient pas. Près de six personnes sur dix (57%) ne lui font pas confiance sur cet engagement. Les plus convaincus par ce changement de méthode restent les proches des Marcheurs (88%). La moitié des sympathisants PS (50%) et LR (53%) pensent qu'il ne tiendra pas parole. Les deux tiers des Insoumis et des EELV (65%) n'y croient pas non plus. Le désaveu pointe à 78% pour les proches du RN.    

Le port obligatoire du masque largement plébiscité

Malgré tout, il reste des points positifs dans les annonces du chef de l'Etat lors de son interview du 14 juillet. Ainsi, plus de huit Français sur dix (84%) soutiennent son dispositif pour l’embauche des jeunes, l'exonération de charges pour les entreprises embauchant un jeune jusqu’à 1,6 Smic. L'obligation du port du masque dans les lieux fermés (annoncée par Emmanuel Macron pour le 1er août, mais qui sera en vigueur dès la semaine prochaine, selon Jean Castex) est approuvée par 83% des personnes interrogées.

En revanche, les Français sont majoritairement opposés à l'idée de permettre aux entreprises de négocier avec les syndicats des baisses de salaires pour éviter les licenciements. Selon cette enquête, cette mesure est repoussée par 55% des Français. Si elle est approuvée par sept LREM sur dix (70%) et les deux tiers des LR (65%), la mesure ne convainc qu'un tiers des proches d'EELV (33%) du RN (35%), 37% des PS et 30% des Insoumis.     

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 15 et 16 juillet 2020, sur un échantillon de 1 004 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.