Ce qu'il faut retenir de la nomination des secrétaires d'Etat du gouvernement de Jean Castex

Les noms des onze nouveaux secrétaires d'Etat ont été dévoilés dimanche 26 juillet 2020, trois semaines après la nomination des ministres et ministres délégués.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le Premier ministre Jean Castex, à Paris, 14 juillet 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le gouvernement Castex est enfin au complet. Près de trois semaines après la nomination des ministres et ministres délégués, les noms des nouveaux secrétaires d'Etat ont été dévoilés, dans la soirée du dimanche, par un sobre communiqué. La dizaine de personnalités nommées rejoindra les rangs du gouvernement Castex à la table du dernier Conseil des ministres avant une pause estivale, mercredi 29 juillet. "L'équipe est au complet", s'est réjoui le Premier ministre Jean Castex. "Avec eux, et pour vous, chacun des 600 prochains jours devra être utile au pays et à la hauteur de ses défis", a-t-il commenté. Voici ce qu'il faut retenir de ces nominations.

L'équipe gouvernementale la plus fournie depuis le début du quinquennat

Le gouvernement avait promis une équipe plus réduite, "de combat". Force est de constater qu'elle restera conséquente. Le gouvernement Castex a été renforcée dimanche de 12 secrétaires d'Etat (les 11 annoncés, ainsi que Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, nommé le 6 juillet). Un nombre certes réduit, mais qui doit être mis en perspective avec celui des ministres et ministres délégués, au nombre de 16 et 14.

En comptant le Premier ministre, le gouvernement comprend 43 membres : 22 femmes pour 21 hommes. Il s'agit de l'équipe gouvernementale la plus fournie depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron. Elle devrait être complétée par la nomination de hauts-commissaires, notamment un possible haut-commissaire au plan.

Des fidèles centristes ou macronistes

Six nouvelles personnalités, dont cinq députés, intègrent l'équipe Castex. Ces élus de la majorité ou fidèles de la macronie se voient remerciés par des portefeuilles importants.

Deux députées du MoDem se voient confier des missions portant sur la jeunesse. Nathalie Elimas, ancienne enseignante devient responsable de l'Education prioritaire et Sarah El Haïry de Jeunesse et de l'Engagement. Cette dernière, figure montante du MoDem, est une proche de François Bayrou.

Un secrétariat d'Etat à la Ruralité est créé afin de porter un sujet cher à Jean Castex : les territoires ruraux. Le député LREM des Hautes-Alpes Joël Giraud hérite de ce portefeuille. 

La députée En Marche Olivia Grégoire fait son entrée à Bercy, comme secrétaire d'Etat chargée de l'Economie sociale et solidaire. La vice-présidente de la commission des finances de l'Assemblée nationale, qui a connu Emmanuel Macron sur les bancs de Sciences Po était pourtant pressentie comme candidate à la succession de Gilles Le Gendre à la tête du groupe LREM à l'Assemblée.

Le dernier nouveau venu est un quasi-inconnu du grand public : Clément Beaune. Cet énarque de 38 ans se voit chargé des Affaires européennes auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. Il succède à Amélie de Montchalin, devenue ministre de la Transformation et de la Fonction publiques. Ce familier des institutions européennes a été conseiller de l'ancien Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault, avant de rejoindre l'équipe d'Emmanuel Macron au ministère de l'Economie et à l'Elysée, en tant que conseiller sur l'Europe.

Cinq secrétaires d'Etat confirmés à leur poste

Plusieurs secrétaires d'Etat sont reconduits : Sophie Cluzel reste chargée des Personnes handicapées, Jean-Baptiste Lemoyne garde le secteur du Tourisme, très touché par la crise du Covid-19, mais aussi celui des Français de l'étranger et de la francophonie. Son portefeuille est ainsi élargi, comme celui de Cédric O, qui récupère la charge de la Transition numérique et communications électroniques.

Adrien Taquet, secrétaire d'Etat à la petite enfance, voit ses fonctions élargies à la "famille". Laurent Pietraszewski, qui conduisait la réforme des retraites depuis décembre 2019 est reconduit à ce poste et voit ses fonctions élargies à la santé au travail.

Des départs surprenants

Christelle Dubos, secrétaire d'Etat auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire et Sibeth Ndiaye, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement quittent en revanche le gouvernement.

L'ancienne porte-parole du gouvernement avait fait connaître sa décision, début juilletL'exclusion de la Vauclusienne Brune Poirson est plus surprenante et n'a pas manqué de faire réagir. Interrogée sur le sujet, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, s'est dédouanée sur Europe 1 : "Ce ne sont pas des choix qui m'appartiennent (...) Elle a fait un excellent travail, a-t-elle tenu à rappeler. Je lui envoie un salut amical". L'ancienne secrétaire d'Etat a rappelé sobrement dans un tweet sa fierté d'avoir contribué à la loi anti-gaspillage, "qui a réformé un secteur qui ne l'avait pas été en 30 ans".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.