Pour 2017, Jacques Chirac vote Alain Juppé

"J'ai toujours su qu'Alain Juppé serait au rendez-vous de son destin et de celui de la France. Peu de choses pouvaient me faire plus plaisir", assure Jacques Chirac au "Figaro". 

Alain Juppé (gauche) et Jacques Chirac, le 20 novembre 2009 à Bordeaux (Gironde). 
Alain Juppé (gauche) et Jacques Chirac, le 20 novembre 2009 à Bordeaux (Gironde).  (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

Sans surprise, Jacques Chirac choisit celui qu'il a toujours considéré comme "le meilleur d'entre nous". Pour la présidentielle de 2017, l'ancien président de la République exprime en effet son soutien à son ex-Premier ministre, Alain Juppé, dans une confidence accordée au Figaro, jeudi 2 octobre.

"J'ai toujours su qu'Alain Juppé serait au rendez-vous de son destin et de celui de la France. Peu de choses pouvaient me faire plus plaisir, pour moi-même, pour lui et surtout pour notre pays", déclare Jacques Chirac. L'ancien président, toujours très apprécié des Français selon les sondages, mais dont les apparitions en public sont rares en raison de ses ennuis de santé, lance également : "Si j'en avais l'énergie, j'aurais déjà réservé ma place, même petite, à son QG" de campagne.

En privé comme dans ses anciennes déclarations publiques, Jacques Chirac n'a jamais tari d'éloges pour Alain Juppé – qui s'est récemment déclaré candidat à la pimaire de 2016 pour la présidentielle de 2017 – alors qu'à l'inverse, il voue une détestation très forte à celui qui lui a succédé à l'Elysée, Nicolas Sarkozy. "C'est une excellente chose que l'ancien président apporte son soutien à Alain Juppé", se félicite l'ex-ministre Benoist Apparu, l'un des lieutenants du maire de Bordeaux.

Bernadette Chirac n'est pas convaincue

Sur ce sujet, l'ancien président et sa femme Bernadette ne sont pas sur la même longueur d'onde. Non seulement, elle pense que l'ancien Premier ministre n'ira peut-être pas jusqu'au bout, mais elle trouve qu'"il est très très froid", et qu'"il n'attire pas les gens". "Vous savez, quand on approche d'une élection de plus en plus importante, il faut des qualités très exceptionnelles. Il y a très peu de gens qui peuvent faire cela".

Selon Le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy, qui vient de faire son retour en politique en annonçant sa candidature à la présidence de l'UMP avec 2017 en ligne de mire, aimerait que Bernadette Chirac lui organise une rencontre avec son époux. "Nicolas Sarkozy veut absolument se réconcilier avec mon mari. Il fait le forcing pour que je lui organise un rendez-vous avec Jacques. Il m'a même dit qu'il était prêt à le voir en cachette n'importe où", aurait déclaré l'ex-Première dame à des interlocuteurs, selon l'hebdomadaire, qui ajoute que c'est leur fille Claude, farouchement opposée à Nicolas Sarkozy, qui ne veut pas d'une telle rencontre.